Gravelot cartographe?

À la mort de son jeune frère, en 20 avril 1773, Jean-Baptiste d’Anville rédige en son honneur un éloge posthume, publié dans le Nécrologe des hommes célèbres de France en 1774. À cette occasion, il mentionne les quelques activités cartographiques d’Hubert-François Gravelot :

« Revenu à Paris, & y menant une vie dissipée, avec un gout dominant pour les pièces de théâtre, le père, qui avait l’honneur d’être connu de M. le Chevalier de la Rochalard, prêt à s’embarquer en qualité de Gouverneur-général de Saint-Domingue, lui remit son fils, bien pourvu du nécessaire pour un temps, & qui fut recommandé en arrivant à M. Frézier, ingénieur en chef de la Colonie. Un talent, qui ne paraîtra point extraordinaire dans le frère de M. d’Anville, le fit d’abord employer au dessein d’une carte de l’Isle entière de Saint-Domingue, qui a été rendue publique par la gravure[1]. »

Hubert Bourguignon, futur Gravelot, embarque donc en décembre 1723, à la suite de Gaspard-Charles de Goussé, Chevalier de La Rochalard, lequel a reçu comme mission de rétablir l’ordre à Saint Domingue. Une fois arrivé, Gravelot assiste l’ingénieur en chef Amédée François Frézier (1682-1773) dans la cartographie de l’île de Saint Domingue. La carte sur laquelle il a travaillé est sans doute l’Isle de S. Domingue et débouquemens voisins (1724), signée par Frézier.

Amédée, Frézier, Isle de S. Domingue et débouquemens voisins, 1724. BnF Cpl GE DD- 2987 (9001)

 

 

La nature du travail qui lui est attribué n’est pas connue avec certitude : a-t-il participé au levé ou à la mise au net de la carte comme le suggère le mot « dessein » ? Les travaux consacrés à Frézier ne permettent pas de le préciser : Gravelot n’y est d’ailleurs pas mentionné[2].

Gravelot ne peut pas être considéré comme géographe pour avoir participé à une seule carte, mais nul doute que cette expérience l’ait familiarisé avec les difficultés inhérentes à la représentation du territoire.

On peut également supposer qu’à son retour en France, en 1729, Gravelot ait servi d’informateur à d’Anville. Ce dernier publie dès 1730 une Carte de l’isle de Saint-Domingue avec partie des isles voisines dressée sur la dernière carte de Mr. Frézier.

Jean-Baptiste d'Anville, Carte de l'isle de Saint-Domingue avec partie des isles voisines, 1730. BnF Cpl GE DD- 2987 (9004)

La correspondance entre les deux frères prouve que le cadet montrait de l’intérêt pour les travaux cartographiques de son aîné et n’hésitait pas à lui envoyer les documents qui lui étaient nécessaires quand il les avait à sa disposition.


[1] Jean-Baptiste d’Anville, « Éloge de M. Gravelot », Le Nécrologe des hommes célèbres de France par une société de gens de lettres, Paris, Desprez, p. 133.

[2] Émilie d’Orgeix, « Amédée Frézier et la cartographie de Saint-Domingue durant la première moitié du XVIIIe siècle », Le Monde des cartes, n° 180, 2002, p. 7-16.


Laisser un commentaire