Un article sur la métrologie hispanique

Mario Ruiz Morales, professeur à l’université de Grenade, a bien voulu nous transmettre son article intitulé « Metrologia hispánica en la obra de J. B. d’Anville » (ici). Il y présente l’ouvrage de d’Anville intitulé Traité des mesures itinéraires anciennes et modernes (Paris, 1769, ici), et notamment le chapitre consacré à la « lieue d’Espagne » (p. 134-144).

À l’époque moderne, la cartographie suppose l’étude de la métrologie, la science des mesures. D’une part, l’utilisation des sources antiques implique d’établir le rapport entre mesures antiques et modernes. D’autre part, les mesures modernes sont elles-mêmes multiples et incertaines.

Dans l’exemple espagnol, que reprend Mario Ruiz Morales, la lieue espagnole (moderne) est fixée selon un nombre précis de pieds. Mais la valeur de ce dernier ne fait pas l’objet d’un consensus. Dès lors, la lieue vaut 4 milles pour les uns et seulement 3 milles pour les autres.

Pour réévaluer la valeur du pied, d’Anville choisit la mesure donnée par la source qui selon lui constitue la meilleure autorité. Elle est corroborée selon lui par un argument linguistique : le mille aurait été confondu avec une autre mesure, la « migérie », dont la longueur est moindre (confusion d’autant plus aisée que le mot « migérie » est une déformation de « mille »)

Ensuite, d’Anville se demande si ce mille d’Espagne est mesuré à partir du « pied castillan » ou du « pied romain ». Il s’appuie pour cela sur des sources qui comparent les mesures antiques avec les monuments qui leur étaient contemporains (routes, bornes, acqueduc). Face là encore à une contradiction de ses sources, qui aboutissent à des conclusions opposées, d’Anville tranche cette fois-ci à l’aide d’un argument géographique. Il choisit le « pied » dont la valeur est le plus en conformité avec les mesures du terrain, telles qu’il en a connaissance par les cartes contemporaines.

Linguistique, épigraphie, archéologie, cartographie : la lecture attentive de ce traité révèle, comme l’écrit Mario Ruiz Morales, « l’interdépendance entre la métrologie et les autres sciences ». Son étude systématique devrait permettre de saisir finement les rouages du travail d’un géographe de cabinet à la fois « antiquaire » et calculateur, à mi-chemin entre l’esprit de géométrie et l’esprit de finesse.


Laisser un commentaire