L’Archive du mardi #18: un récit autobiographique unique

 

 

Jusqu’à ce jour, nous ne connaissions pas de textes autobiographiques relatifs à Jean-Baptiste d’Anville. Le géographe mentionne volontiers sa précocité dans sa correspondance ; il dévoile quelques détails de sa vie scolaire et de sa relation avec son frère dans l’éloge posthume qu’il consacre à Gravelot[1] ; il se plaint des difficultés à trouver un successeur dans ses Considérations générales[2].

Mais dans l’ensemble, la principale source biographique sur d’Anville restait jusqu’à présent indirecte, puisqu’il s’agissait de son éloge posthume par Bon-Joseph Dacier.

Le géographe paraît pourtant avoir publié un texte biographique dont nous avons découvert l’existence dans le « Fonds d’Anville », conservé dans les archives départementales de l’Orne (SHAO 252J224). L’exemplaire est une première épreuve, déchirée en deux. Pour l’heure, nous ignorons dans quelle sorte d’ouvrage ce mémoire était destiné à paraître.

L’opus est intitulé Mémoire de M. d’Anville dans lequel, indépendamment de quelques articles qui sont personnels, il traite de plusieurs points très-intéressans pour le fond de la géographie, s. l., vers 1780, p. 1-16.

Sans doute rédigé dans les toutes dernières années de sa vie, il contient de nombreuses informations inédites.

Pour le lire, voir ici.

Il se rapproche d’un autre document, manuscrit cette fois, également conservé aux Archives départementales de l’Orne et intitulé Lettre de M. d’Anville à M. Barbié. Voir ici

 

Note : l’ouvrage a été ajouté à la liste des mémoires publiés par d’Anville

 


[1] Jean-Baptiste d’Anville, “Eloge de M. Gravelot”, Le Nécrologe des hommes célèbres de France par une société des gens de lettres, Paris, Desprez, 1774, p. 131-145.

[2] Jean-Baptiste d’Anville, Considérations générales sur l’étude et les connoissances que demandent la composition des ouvrages géographiques, Paris, Lambert, 1777, 116 p


Laisser un commentaire