Les collaborateurs invisibles du savant : le cas Pierre-Charles-Alexandre Helle

13 juillet 2012
Par

La figure du savant solitaire n’est pas qu’une construction d’hagiographe. D’Anville a largement contribué à construire son propre mythe en prétendant n’avoir eu aucun élève avant sa rencontre avec Jean-Denis Barbié du Bocage (1760-1825). Dans ses Considérations générales sur l’étude et les connoissances que demandent la composition des ouvrages de géographie (1777), il écrit :  « J’ai essuyé plus d’une fois des reproches sur ce que je n’avois point formé un élève, pour me donner (comme on vouloit bien s’exprimer) un successeur[1]. » À cette date, en effet, d’Anville n’a pas encore désigné Barbié du Bocage comme héritier. Pour autant, le géographe a bel et bien collaboré avec au moins un élève au cours de sa carrière, Helle.

Pierre-Charles-Alexandre Helle (…-1767) naît à Paris au début du XVIIIe siècle. Il est surtout connu comme ingénieur et expert en art : il est le rédacteur de catalogues d’estampes. On sait moins, en revanche, à quel point la géographie a occupé une grande place dans sa vie[2].

Il bénéficie très jeune de la protection de son oncle, Robert-Alexandre d’Hermand, ancien colonel d’infanterie, ingénieur des camps et armées du roi, qui lui fait donner une éducation et le destine à une carrière militaire. Mais quand celui-ci tombe en disgrâce, les espérances d’Helle s’évanouissent. Contraint de se trouver un état, il prend des leçons de géographie auprès de d’Anville, en donne à son tour et collabore à la réduction des cartes de la Chine destinées à accompagner la Description de la Chine (1735) de Jean-Baptiste du Halde. Dans une Description de l’Asie manuscrite (1761), rédigée par Helle, les termes de l’accord sont évoqués :

[D’Anville] a eû (sic) la bonté d’enseigner la géographie [à Helle] en 1728 lorsqu’il travailloit avec lui aux Grands Jésuites, à la réduction des cartes de la Chine, dessinées dans le païs, et levées trigonométriquement. Le sieur Helle étoit convenu avec M. d’Anville de l’aider dans ce travail, à condition qu’il lui montreroit cette science, ce qu’il a fait en écrivant des détails sur des parties moins connües, comme sur l’Asie ou l’Afrique[3].

La géographie n’est pas, pour autant, son activité principale. En 1734, il assiste en tant qu’ingénieur volontaire au siège de Philipsbourg. Mais à nouveau, il doit renoncer à une carrière dans l’armée, faute de ressources. Il se fait alors marchand de dessins, d’estampes et de curiosités.

Mais il n’y a pas loin au XVIIIe siècle de l’estampe à la carte, et de fait, comme nous l’apprend sa Description de l’Asie, il écrit régulièrement des descriptions géographiques sur l’Amérique, les îles britanniques et l’Allemagne . Celles-ci sont revues par d’Anville dont « il n’a jamais perdu de vüe l’amitié que M. d’Anville lui a toûjours (sic) témoignée[4]. »

Pendant plus de trente ans, Helle et d’Anville ont travaillé ensemble, même si cette collaboration s’est surtout faite dans le sens d’Anville vers Helle. Ensemble, ils ont mené à bien l’opération de réduction des cartes de la Chine. Pourtant, dans ses divers écrits à teneur autobiographique, d’Anville ne mentionne jamais son ancien élève[5].  À quoi doit-on attribuer ce silence de d’Anville ? À la précocité de la mort de Helle, dix ans auparavant ? À la déception qu’il a pu éprouvé vis-à-vis d’un disciple qui ne s’est pas consacré entièrement à la géographie, mais a aussi été tenté par la carrière militaire et s’est intéressé à l’art ? On peut lire à travers les lignes qui suivent l’amertume du savant contre son successeur répudié : « Je ne l’aurois point pris sans littérature, & j’aurois désiré le trouver aussi épris, ou à-peu-près, du mérite de la chose, que je l’avois été, & plus occupé de lui être utile, que d’en tirer de l’utilité[6]. »


[1] Jean-Baptiste d’Anville, Considérations générales sur l’étude et les connoissances que demandent la composition des ouvrages géographiques, Paris, Lambert, 1777, p. 109-110.

[2] Manuscrit à la suite des Catalogues de livres & des estampes de feu M. d’Hermand, Paris, 1739 publié par Georges Duplessis, Mémoires et journal de J. G.  Wille, t. I, p. 51. Voir aussi Lazare Duvaux, Livre-journal de Lazare Duvaux, marchand-bijoutier ordinaire du roy, Paris, s. n., 1873, p.  C .

 

[3] Pierre-Charles-Alexandre Helle, Description de l’Asie, 1761, BnF Manuscrits NAF 25246, f. 222 r° - 223 v°.

[4] Pierre-Charles-Alexandre Helle, op. cit., f. 223 r°.

[5]  Voir Jean-Baptiste d’Anville, Considérations générales sur l’étude et les connoissances que demandent la composition des ouvrages géographiques, Paris, Lambert, 1777, 116 p ; Jean-Baptiste d’Anville,  Mémoire de d’Anville dans lequel, indépendamment de quelques articles qui lui sont personnels, il traite de plusieurs points très-intéressans pour le fond de la géographie, s. n., s. d., p. 1-16.

[6] Jean-Baptiste d’Anville, op. cit., p. 110.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : actualités, actualités, travaux en cours

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.

Cartes en ligne