un poème de Malte-Brun en hommage à d’Anville

 

Sans sortir de Paris, mesurant l’univers,

Un mortel a régné sur la terre et les mers:

Le Gange et l’Amazone et Memphis et Byzance,

Tout a subi les loix que dictoit sa science.

Ce mortel, c’est D’ANVILLE, et du Strabon français

L’art offre au monde ici les purs et nobles traits

source: Gallica

Ce poème fut publié par Conrad Malte-Brun dans les Annales des voyages de la géographie et de l’histoire, Tome X, Paris, Buisson, 1810, p. 356.

Ce quatrain ne possède pas qu’un intérêt anecdotique. Il s’intègre dans une réflexion générale sur la réception de d’Anville en France et à l’étranger, laquelle s’appuie notamment sur le nombre de souscripteurs des Oeuvres.

Voici le contenu des textes de Malte-Brun consacrés à d’Anville, tel qu’il est résumé dans la Table générale et raisonnée des Annales des voyages de la géographie et de l’histoire, Paris, Buisson, 1813 

ANVILLE ( édition complète des Œuvres de M. d’ ), II, 121. Quel est l’objet de cette entreprise. — Détails sur cette édition, 122. Enoncé des ouvrages imprimés de M. d’Anville qui entreront dans cette édition, ibid. Ce qui arrête M. de Manne dans son entreprise, X , 356. Peu de souscripteurs français en comparaison des anglais, pour l’édition des Œuvres de M. d’Anville , ibid. Lettre d’un savant anglais ayant appris la cause qui en retardait la publication, 357. Ce qu’on peut répondre à cette lettre, 358. Opinion d’un bon et loyal Allemand sur notre indifférence, ibid. Réflexions sur cette opinion, 359. Véritable cause de cette disposition du public, 361. Ce que doivent présenter les Œuvres de d’Anville à ceux qui étudient la géographie, 3Ô2. Prix que coûte actuellement chaque volume de ses Œuvres, 363. Prix qu’il coûtera dans cette nouvelle édition, ibid.

 


Laisser un commentaire