Un article relatif au contrat passé entre d’Anville et ses libraires (Desaint, Saillant et Durant)

Pascale Mormiche a bien voulu nous signaler un article relatif au contrat passé entre d’Anville et ses libraires (Desaint, Saillant et Durant).

Rideau, F. (2008) ‘Commentary on the Sieur d’Anville’s contract’, in Primary Sources on Copyright (1450-1900), eds L. Bently & M. Kretschmer, www.copyrighthistory.org

Cet article de Frédéric Rideau, de l’université de Poitiers, est lisible ici.

Le contrat est visible .

Un article sur d’Anville et la cartographie de l’Amérique du nord

PALOMINO Jean-François, « Entre la recherche du vrai et l’amour de la patrie : cartographier la Nouvelle-France au XVIIIe siècle », Revue de Bibliothèque et Archives nationales du Québec N° 1, 2009, p. 84-99. ici (article relatif à la cartographie de d’Anville qui doit trouver son équilibre entre recherche de l’exactitude géographique et exigences politiques)

Deux articles de Junia Furtado sur d’Anville et sa carte de l’Amérique méridionale

FURTADO Junia, PIMENTAL CINTRA Jorge, « The Carte de l’Amérique méridionale of Bourguignon D’Anville: perspective axis of a compared Amazonian cartography », Revista Brasileira de història, Sâo Paulo, v. 31, n° 62, 2001, p. 273-316. ici

FURTADO Junia, « Guerra, diplomacia e mapas: a Guerra da Sucessão Espanhola, o Tratado de Utrecht e a América portuguesa na cartografia de D’Anville », Topoi, v. 12, n. 23, jul.-dez. 2011, p. 66-83. ici

Séance de présentation du blog d’Anville: 28 janvier 2012

Catherine Hofmann et moi-même nous proposons d’organiser au mois de janvier une journée de présentation du carnet de recherches « Jean-Baptiste d’Anville, un cabinet savant au siècle des Lumières ».

Compte-tenu de l’ampleur prise au fil des mois par le blog, une présentation d’une demi-journée de son contenu et de son organisation ne paraît pas superflue. Certaines archives pourront ainsi être mises en valeur.

Cette séance aura lieu le 28 janvier. Elle se tiendra à partir de 10h30 à la Bibliothèque nationale de France, en salle des Commissions (5 rue Vivienne, 75002 Paris)

Un article sur la métrologie hispanique

Mario Ruiz Morales, professeur à l’université de Grenade, a bien voulu nous transmettre son article intitulé « Metrologia hispánica en la obra de J. B. d’Anville » (ici). Il y présente l’ouvrage de d’Anville intitulé Traité des mesures itinéraires anciennes et modernes (Paris, 1769, ici), et notamment le chapitre consacré à la « lieue d’Espagne » (p. 134-144).

À l’époque moderne, la cartographie suppose l’étude de la métrologie, la science des mesures. D’une part, l’utilisation des sources antiques implique d’établir le rapport entre mesures antiques et modernes. D’autre part, les mesures modernes sont elles-mêmes multiples et incertaines.

Dans l’exemple espagnol, que reprend Mario Ruiz Morales, la lieue espagnole (moderne) est fixée selon un nombre précis de pieds. Mais la valeur de ce dernier ne fait pas l’objet d’un consensus. Dès lors, la lieue vaut 4 milles pour les uns et seulement 3 milles pour les autres.

Pour réévaluer la valeur du pied, d’Anville choisit la mesure donnée par la source qui selon lui constitue la meilleure autorité. Elle est corroborée selon lui par un argument linguistique : le mille aurait été confondu avec une autre mesure, la « migérie », dont la longueur est moindre (confusion d’autant plus aisée que le mot « migérie » est une déformation de « mille »)

Ensuite, d’Anville se demande si ce mille d’Espagne est mesuré à partir du « pied castillan » ou du « pied romain ». Il s’appuie pour cela sur des sources qui comparent les mesures antiques avec les monuments qui leur étaient contemporains (routes, bornes, acqueduc). Face là encore à une contradiction de ses sources, qui aboutissent à des conclusions opposées, d’Anville tranche cette fois-ci à l’aide d’un argument géographique. Il choisit le « pied » dont la valeur est le plus en conformité avec les mesures du terrain, telles qu’il en a connaissance par les cartes contemporaines.

Linguistique, épigraphie, archéologie, cartographie : la lecture attentive de ce traité révèle, comme l’écrit Mario Ruiz Morales, « l’interdépendance entre la métrologie et les autres sciences ». Son étude systématique devrait permettre de saisir finement les rouages du travail d’un géographe de cabinet à la fois « antiquaire » et calculateur, à mi-chemin entre l’esprit de géométrie et l’esprit de finesse.

Un article sur Jean-Baptiste d’Anville dans Imago Mundi [EDIT]

 

[EDIT] : supplément intitulé: « Appendix. An eighteenth century price list for J. B. d’Anville’s maps, Imago Mundi 63:1 2011, p. 100-105. ici

“J.-B. d’Anville as Armchair Mapmaker: The Impact of Production Contexts on His Work », Imago Mundi 63:1, 2011, p. 88-105.

A lire ici

Récents remaniements du carnet

Comme vous l’avez certainement constaté, le site consacré à la collecte des archives et à la recherche sur le géographe des Lumières Jean-Baptiste d’Anville a largement été remanié depuis le mois d’août. J’espère que cette restructuration n’aura pas trop perturbé le travail des collaborateurs qui auraient commencé à se pencher sur ces archives. Continuer la lecture de Récents remaniements du carnet