Archive du mardi 32#: un prospectus d’atlas ecclesiastique

« Prospectus d’un atlas ecclésiastique, proposé par souscription, par d’Anville », impr 1769, 4 pages pet in 8° : PICARDIE 225 (collection de prospectus imprimés de divers ouvrages, composés la plupart par les Bénédictins, au XVIIIe siècle.)

Ce prospectus fait état d’un atlas des diocèses en 48 cartes, destiné à accompagner un « dictionnaire des bénéfices », dirigé par d’Anville. Il s’agit en l’occurrence d’un appel à souscription. A lire ici.

Il est mentionné par François de Dainville, Cartes anciennes de l’église de France, p. 111. Voir ici.

 

Nous remercions Mary Pedley d’avoir porté ce document à notre connaissance.

Archive du mardi 31#: une lettre de d’Anville à Uppsala (EDIT)

 ConsulterElementNum

 

Aujourd’hui, nous nous proposons de nous livrer à une petite enquête sur une lettre de d’Anville apparemment banale, conservée à la bibliothèque universitaire d’Uppsala. Le manuscrit, issu de la collection Waller (cote: Waller Ms fr-00150),  constituée par Eric Waller (1875-1955), médecin suédois, a été acquise en 1955 par la bibliothèque.

Le moins qu’on puisse dire à la lecture de cette lettre est qu’à première vue, son contenu paraît vague et son importance, mineure.

Qu’on en juge:

 

J’ai appris aujourd’hui de Mr Capperonnier à l’Académie que Monsieur l’abbé Boudot étoit chargé d’un paquet que Monsieur le Marquis de Paulmi veut bien qui me soit communiqué.  Comme on m’a prévenu que Monsieur l’Abbé Boudot sortoit du matin de chez lui, et que je crains de la manquer, je le supplie de vouloir me faire dire s’il y aurait de l’indiscrétion à l’envoyer chercher. Je voudrois bien n’avoir point ce tort-là. Mais, si Monsieur l’A[bbé] Boudot veut bien user de complaisance pour un homme qui employe sa matinée à l’étude, le domestique que je charge de ce mot d’écrit est très sur, et je ne manquerai pas d’envoyer à Monsieur l’abbé Boudot une reconnaissance par écrit de la réception du paquet.

Je le salue très humblement, et le supplie de me croire le plus affectionné de ses serviteurs. d’Anville.

 

Ce mardi au soir 19 mai 1761

remis ce 20 mai au domestique

A Monsieur

Monsieur l’Abbé Boudot

Au Petit Hotel de la Valliere

 

Les lettres sont par nature des documents implicites. Mais, elles peuvent se révéler plus riches de sens qu’il n’y parait à la lumière d’une mise en contexte systématique et minutieuse.

Or la compilation de la correspondance de d’Anville mise en œuvre dans ce carnet de recherches y participe certainement.

Reprenons donc le contenu de cette lettre.

Le document, daté de 19 mai 1761, est adressé à l´abbé Pierre-Jean Boudot (1689-1771). Fils de l´imprimeur-libraire Jean-Boudot, il est censeur royal et attaché à la bibliothèque du roi. Pierre-Jean ne joue toutefois ici qu´un rôle d´intermédiaire. Il est en possession d´un paquet dont le contenu, comme la provenance, ne sont pas précisés.

D´Anville prend connaissance de l’existence de ce paquet par Jean Capperonnier (1716-1775), bibliothécaire, alors garde des imprimés à la bibliothèque du roi. Celui-ci fréquente volontiers l’académie, où il a semble-t-il rencontré le géographe. Comment Capperonnier est-il au courant de l’arrivée d’un paquet ? Il tient sans doute l’information de Boudot lui-même, puisqu’ils travaillent tous deux à la Bibliothèque. Ils préparent même ensemble une Bibliothèque du théâtre françois.

Enfin, le géographe reçoit l´autorisation d’examiner le contenu du paquet par Antoine-René de Voyer de Paulmy (1722-1787), alors président de l´Académie des inscriptions et belles-lettres.

Voilà donc le peu que nous apprend cette seule lettre, étudiée pour elle-même.

Mais par chance, nous connaissions une autre lettre de d’Anville adressée à Boudot, qui fut envoyée quelques semaines plus tard. Datée du 6 juin 1761, elle est conservée à la bibliothèque de l’Institut de France (Collection d’autographes MS 5401 A-G, consultable ici) :

Je vous suis bien redevable, Monsieur, de la complaisance que vous avés eue de m’envoyer les cartes que Monsieur le Marquis de Paulmi vous a fait tenir pour m’être communiquées. J’en fais mes remerciemens à son excellence par la lettre que je vous supplie de lui adresser par la voie qui lui convient le mieux, et dont vous êtes bien instruit. Je vous remettrai ces cartes sur la reponse que je pourrai recevoir de Warsovie, et je vous prie de me croire avec un parfait devouement,

Monsieur

Votre humble et très obéissant serviteur d’Anville

A Paris, ce 6 juin 1761

D’après cette lettre, d’Anville a donc finalement consulté le paquet, lequel contenait, comme on pouvait s’y attendre, des cartes. Celles-ci ont été envoyées à Paris par le Marquis de Paulmy, lequel autorise le géographe à les consulter. La lettre de remerciement à laquelle il est fait allusion ici n’a malheureusement pas été retrouvée. Enfin, la mention de « Warsovie » fait quant à elle référence à un échange de lettres entre d’Anville et Paulmy, déjà présent en Pologne, un an avant sa nomination comme ambassadeur.

Mais pourquoi le marquis de Paulmy envoyait-il des cartes à Boudot ? Quels sont les liens entretenus par les deux hommes ? Ce dernier est tout simplement en charge de la bibliothèque du marquis bien avant 1780, date à laquelle il en devient officiellement garde. En envoyant des cartes, Paulmy était en train de constituer sa collection.

Nous connaissons donc désormais l’expéditeur du paquet et les raisons de son envoi. Nous savons également qu’il contenait des cartes.

Mais de quelles cartes s’agissaient-ils ? Peut-on vraiment espérer en deviner le contenu ?

 

Là encore, la compilation des lettres de d’Anville nous met sur la voie. Dans une lettre du 7 mai 1762, soit à peu près un an après la consultation du paquet, le géographe écrit à Pierre-Michel Hennin, diplomate en Pologne :

 

La composition de ma troisième partie de l’Europe, où la Pologne prend assez de place pour valoir une feuille ordinaire d’Atlas, m’a donné lieu d’étudier la position de ce grand Royaume, et de la combiner avec les Etats limitrophes. Dans le Journal des Sçavans d’un des premiers mois de cette année, une analyse sommaire de la carte dont je viens de parler, m’a fourni l’occasion de publier le secours que j’ai reçu de M. le Marquis de Paulmi (que Dios guarde muchos años) sur le cours de la Vistule[1].

 

D’Anville aurait donc dressé une carte de la Pologne grâce à un document décrivant la Vistule, envoyé par le Marquis de Paulmy. Serait-ce le document contenu par le paquet ? Cela paraît probable. Le géographe aurait eu ainsi une année pour tirer parti du document envoyé par Paulmy.

En effet, dans le Journal des Savants de janvier 1762, d’Anville écrit:

 

Pour ce qui concerne la Pologne, la géographie n’y paroissoit en aucune partie plus imparfaite que dans la Pologne proprement dite, & distincte de la Lituanie & de l’Ukraine. Mais M. le Marquis de Paulmi, ambassadeur de France, a suppléé à ce défaut par une carte manuscrite en douze feuilles, qui représentant le cours entier de la Vistule & les environs, fournit les détails les plus intéressans sur cette contrée polonaise. Quoique M. d’Anville n’ait pu faire usage de cette carte, & la fondre dans la sienne, sans remédier à quelques défauts qu’il y a apperçus, il a cru devoir en envoyer une note à Warsovie [au marquis de Paulmy]; malgré cela, ce secours a fort enrichi son ouvrage, dans un canton où la géographie étoit aussi peu exacte qu’elle étoit pauvre[2].

 

Or la collection de Paulmy, aujourd’hui conservée à la bibliothèque de l’Arsenal, sous la cote MS-6465 (725 K), comporte bien une carte manuscrite et topographique en douze feuilles de la Vistule de Franciszek Florian Czaki.

 

 

En d’autres termes, en vue d’agrandir sa collection, Antoine-René de Voyer de Paulmy a envoyé en 1761 une carte en douze feuilles de la Vistule  à son futur bibliothécaire, Boudot. Celui-ci en parle à Capperonnier, qui lui-même en informe d’Anville, qu’il croise à l’académie. Celui-ci demande alors à Paulmy l’autorisation de la consulter et améliore ainsi la Troisième partie de sa carte d’Europe.

 

Voilà comment une lettre apparemment banale se révèle apporter de précieux renseignements sur l’histoire de la circulation des savoirs au XVIIIe siècle.

 

(Pour lire la lettre et sa transcription: voir ici et  )


[1] Lettre de d’Anville à Hennin, Paris, 7 mai 1762. BnF Tolbiac Rez de jardin, libre-accès, recherche bibliographique – salle X – dictionnaire biographique. Banque DOSS  (fol. LN1-232 (600))

[2] Journal des Savants de janvier 1762, p. 29. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56611r/f31.image

 

L’Archive du mardi 29#: Nouveaux détails inédits relatifs à la circulation des cartes chinoises vers la France

Continuer la lecture de L’Archive du mardi 29#: Nouveaux détails inédits relatifs à la circulation des cartes chinoises vers la France

L’Archive du mardi 28#: Gravelot et d’Anville

Les deux frères semblent avoir été assez intimes
D’Anville, avant d’aimer la cartographie, aimait le dessin comme nous l’apprend ce document issu des Archives départementales de l’Orne, SHAO (252J224): http://danville.hypotheses.org/files/2010/08/Projet-de-don-de-la-collection-Pi%C3%A8ce-2.pdf
Gravelot, quant à lui, s’est essayé à la cartographie à Saint Domingue: http://danville.hypotheses.org/files/2010/08/Gravelot-par-dAnville.pdf
Les échanges épistolaires, enfin, semblent avoir été denses, même si d’Anville se plaint parfois d’être négligé par son jeune frère: http://danville.hypotheses.org/152
On y apprend notamment que Gravelot a fourni des cartes à d’Anville (envoyées d’Angleterre)
Mais surtout, Gravelot a gravé des cartouches pour son frère, et on sait peu de choses, finalement, de cette collaboration.

L’Archive du mardi 27#: d’autres listes de prix en Angleterre

Dans l’appendice de notre article “J.-B. d’Anville as Armchair Mapmaker: The Impact of Production Contexts on His Work,” Imago Mundi 63:1 2011, pp. 88-105 (ici), nous avons identifié et décrit un certain nombre de listes de prix (également mentionnées dans le blog ici). Elles sont généralement cataloguées sous leur titre: « cartes geographiques de M. d’Anville »

Ces listes de prix servent à la fois de catalogue de vente de cartes en feuilles (pour se constituer un atlas de cartes de d’Anville), de facture (le prix de chaque carte acheté est indiqué), et de table des matières (quand le feuillet est relié avec les autres cartes)

Elles sont intéressantes pour les historiens de la cartographie car elles permettent de percevoir l’évolution du tarif des cartes ainsi que leur disponibilité (certaines finissent par être épuisées).

Renae Satterley, de la bibliothèque de Middle Temple à Londres, nous signale l’existence de deux listes que nous n’avions pas identifiées, l’une à Oxford, l’autre à Cambridge, mentionnée dans le catalogue COPAC  (qui référence le contenu des bibliothèques anglo-saxonnes)

Cambridge: St John’s college, special collection. Cote: 2.61.31 [super-oversize]

Oxford: Christ Church Library. La cote n’est pas indiqué dans le catalogue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Archive du mardi #26: un manuscrit sur le golfe persique

Les archives départementales de l’Orne (Fonds de la société historique et archéologique de l’Orne, cote 252J224) conservent le document suivant, intéressant la géographie orientale et ses sources:

Recherches géographiques sur le golfe persique

L’Archive du mardi 25#: un manuscrit sur la métrologie

L’étude des mesures comparées, ancienne et moderne, et de tous pays, est l’une des pierres angulaires de la méthode d’Anville. Une exploitation pertinente des sources en dépend. Le géographe y consacre même un mémoire entier intitulé Traité des mesures itinéraires, anciennes et modernes, Paris, Imprimerie royale, 1769, 195 p. ici (GALLICA)

Les archives départementales de l’Orne (fonds de la société historique et archéologique de l’Orne, cote 252J224) conservent un document manuscrit relatif à la métrologie.

Il s’intitule Mémoire sur la lieue françoise. Voir ici

 

L’Archive du mardi 24#: manuscrits sur la géographie ancienne

Jean-Baptiste d’Anville a consacré la moitié de sa production à la cartographie ancienne. Comme le montre  le cas de le cas de l’Egypte nommée Missir, publié quinze ans après sa réalisation, concomitamment à l’Aegyptus, les cartes modernessont parfois conçues comme une simple étape préparatoire à la carte ancienne.

Les archives départementales de l’Orne (Fonds de la société historique et archéologique de l’Orne, coté de 252J224) contiennent un certain nombre de documents manuscrits, relatifs à la géographie ancienne:

Du rempart de Gog et Magog. Voir ici

Receuil des principaux endroits de Virgile. Voir

– Limites connues des anciens au-delà du Gange. Voir ici

– Une minute de lettre relative aux cartes selon Strabon. Voir ici

 

L’Archive du mardi 23#: D’Anville et la cartographie de terrain (le cas du diocèse de Lisieux)

Au début du XVIIIe siècle, la cartographie est encore une science qui s’appuie souvent sur les approximations de la vue et des transcriptions d’heures de chemin en distances. Les mesures astronomiques restent limitées. Quant à la méthode de la triangulation, qui exploite de manière pratique le théorème géométrique selon lequel on peut déduire de la longueur d’un côté d’un triangle et de deux de ses angles, la longueur de ses deux autres côtés, elle exige un financement et une main-d’oeuvre qualifiée abondante, autrement dit des conditions qui peinent à être réunies. À cette époque, cette technique n’est encore utilisée que pour des zones limitées, comme les environs de Paris.

Or en 1707, François Chevalier (16..-1748), associé géomètre à l’académie des Sciences, conçoit une méthode de collecte d’informations cartographiques très exactes à moindre frais qui n’exige pas de compétences géométriques. Pour ce faire, il propose de tracer ce qu’il appelle un « châssis », qui n’est autre qu’un dessin représentant une série de cercles concentriques divisés en degrés, orientés selon les amplitudes. Sa méthode est précisément décrite par Bernard Le Bouyer de Fontenelle et rapportée dans l’Histoire de l’Académie royale des sciences[1].

Pour cette opération, qui demande malgré tout des ressources humaines assez importantes, les ecclésiastiques apparaissent à Chevalier comme la main-d’oeuvre toute indiquée :

Un évêque qui aurait quelque inclination pour les sciences feroit lever de cette manière la carte de son pays par ses curés, qui à peine s’apercevroient eux-mêmes qu’ils feroient des opérations géométriques[2].

C’est au géographe Jean-Baptiste d’Anville qu’il revient d’avoir mettre ce projet à exécution pour dresser vers 1720 une carte selon ce procédé. Gageons que François Chevalier l’y a lui même encouragé : celui-ci est le professeur de mathématiques du jeune Louis XV, au moment où d’Anville est son professeur de géographie[3].

Le cartographe, alors à peine âgé de 23 ans, se propose de réaliser une carte du diocèse de Lisieux, à l’instigation de l’évêque Henri Ignace de Brancas. À cet effet, il envoie aux curés du diocèse un châssis ainsi qu’une notice explicative, intitulée Mémoire instructif pour faire la carte. Le jeune géographe s’attelle ensuite, selon le même principe, à une carte du diocèse de Blois, puis plus tard, vers 1745, joue un rôle dans celle de la généralité de Soissons.

Archétype du géographe de cabinet, on imagine volontiers Jean-Baptiste d’Anville n’avoir jamais travaillé autrement que par compilation de sources préexistantes, et ne s’être intéressé à la géographie moderne que de manière secondaire par rapport à la géographie ancienne. Pourtant, comme le montre les exemples des cartes des diocèses de Lisieux et de Blois, il a aussi pratiqué la coordination d’un travail cartographique de terrain (auquel il n’a certes participé qu’indirectement), depuis son organisation en amont, jusqu’à la synthèse des sources en aval. Si ces travaux occupent essentiellement sa vingtaine, il continue à publier sur le sujet jusqu’à la fin des années 1740. Cet aspect occupe donc selon nous une place importante, et souvent ignorée, dans la carrière savante du géographe.

Les sources

Bibliographie

François de Dainville, Cartes anciennes de l’Église de France, Paris, Vrin, 1956, 323 p. ici

L’ouvrage développe le travail de d’Anville sur Lisieux et Blois, tout en le re-contextualisant. Il rappelle notamment que François Chevalier fut l’inventeur de la méthode dite du « châssis ». Toutefois, François de Dainville ne semble pas avoir eu accès aux manuscrits témoignant de la correspondance entre les curés et d’Anville et n’utilise pas tous les mémoires imprimés, autant de sources dont l’étude pourrait fournir une lecture plus intime de ce travail « quasi » de terrain.

Archives

* Mémoires imprimés (publiés dans les recueils des académies des Inscriptions ou des Sciences)

Mémoire instructif, pour que, dans toutes les paroisses d’un diocèse, il soit dressé en même temps et uniformément, par une méthode aisée à pratiquer, des cartes et des mémoires particuliers qui puissent fournir un détail suffisant pour la carte générale de ce diocèse, ou d’une province, 1732. (Non numérisé, BnF, Tolbiac, VP- 527)

Mémoire instructif, pour dresser sur les lieux des cartes particulières et topographiques d’un canton de pays renfermant dix ou douze paroisses, 1743. (Non numérisé, BnF, Tolbiac, VP- 525)

Mémoire dressé par ordre de Meliand, intendant de la généralité de Soissons, pour parvenir à dresser une carte exacte de cette généralité, Paris, Veuve Courtois, 1745. (Non numérisé, BnF, Tolbiac, VP- 521)

– Ces trois mémoires sont accompagnés de Plan de carte ou chassis, pour dresser des cartes particulières sur les lieux, 1732

Carte topographique du diocèse de Lizieux, vers 1723, ici. La version manuscrite de cette carte est conservée au département des Cartes et plans, sous la cote Ge D 10468, ici.

* Cartes manuscrites

Cartographie manuscrite relative à Lisieux conservée dans la « collection des oeuvres de d’Anville » dite « collection Cortambert » : Ge D 10449 à Ge D 10494. Exemple ici

* Manuscrits

– Notice des manuscrits de d’Anville

(BnF, département des Manuscrits, NAF 22186 f. 11-68) : liste des manuscrits rédigés ou possédés par le géographe, élaborée après sa mort. Donne une idée plus complète des archives du géographe, dont une partie seulement est identifiée. (disponible sur le blog sous forme numérisée et en format texte)

– Deux documents relatifs au diocèse de Lisieux. Datés du 4 mai 1721.

(Archives nationales – MAR C/7/6 ss  pochette 39). Evoquent une demande exceptionnelle de consultation de plans de côtes gardés secrets (en faveur de d’Anville), conservés au dépôt de la Marine. ici

Lettres à la carte de Lisieux, avec 2 plans à la plume (1721-1726), un manuscrit de douze pages sur le doyenné de Cormeilles, et des échanges avec l’évêque Brancas, Cabourg de Pontaudemer, Le Rebours, Le Villain, la chambre ecclésiastique de Lisieux. Mentionnées dans « Manuscrits, lettres autographes et autres documents provenant du cabinet de M. d’Anville », in Catalogue des livres de feu M. de Manne, Paris, François, 1863, p. 249-255. (Non localisées)


[1] Bernard Le Bouyer de Fontenelle, « Sur une manière de lever la carte d’un pays », Histoire de l’Académie royale des sciences, 1707, Paris, 1777, p. 184-189. Cité par François de Dainville, Cartes anciennes de l’Église de France, Paris, Vrin, 1956, p. 63-64.

[2] Bernard Le Bouyer de Fontenelle, op. cit., p. 190.

[3] Michel Antoine, Louis XV, Paris, Fayard, 1989, p. 66 et sqq.

L’Archive du mardi 22#: un nouveau document relatif à la carte de Quito par d’Anville

Les cartes de l’Amérique du sud de d’Anville ont particulièrement retenu l’attention des chercheurs, notamment Junia Furtado et Neil Safier, qui ont su cerner leurs enjeux scientifiques et diplomatiques[1].

Les archives départementales de l’Orne fournissent un nouveau document susceptible d’enrichir ces recherches : Mémoire de M. d’Anville pour être communiqué à l’Académie royale des Belles-Lettres, et très interessant sur ce que possede l’Espagne dans le continent du Nouveau-monde. Voir ici.


[1] Junia Furtado, « Mapping mythical and imaginary places in D’Anville’s South America cartography », communication donnée en 2009, 23rd International Conference on the History of Cartography, Copenhague ; Niel Safier, “Ébauche et empires: Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville, Pedro Vicente Maldonado et la cartographie de l’Amérique du Sud”, in Isabelle Laboulais éd., Les Usages des cartes (XVIIe-XIXe siècle). Pour une approche pragmatique des productions cartographiques, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2008, p. 137-147 ; -, Measuring the New World, Enlightenment science and South America, Chicago, London, The University of Chicago Press, 2008, 387 p.

L’Archive du mardi 21#: un « plan d’affaire prévisionnel » et une étude de marché de la carte au XVIIIe siècle

Le Mémoire sur un projet de géographie de la main de Jean-Baptiste d’Anville constitue sans conteste une archive précieuse pour l’histoire de la cartographie (et de l’édition des cartes) dont il existe peu d’exemples[1].

Par ce mémoire, d’Anville espère convaincre un imprimeur-éditeur d’entamer l’édition au long-cours d’un atlas en feuilles constitué de 16 cartes. Conscient du caractère essentiellement commercial de la profession, il met de côté les arguments scientifiques favorables à cette publication pour en souligner les aspects lucratifs.

Pour gagner l’adhésion de l’éditeur-imprimeur, d’Anville va présenter son travail comme pur objet de profit dans un mémoire qui correspond assez à ce qu’on appellerait aujourd’hui une étude de marché et à un « plan d’affaire ». Le premier aspect intéresse l’historien curieux de la réception des cartes, le second, le spécialiste de leur économie.

On y apprend dans le détail combien coûte une planche de cuivre, sa gravure, l’encre, le prix du papier selon sa qualité, mais aussi combien de feuilles peut-on tirer avec une planche. D’Anville ne promet rien de moins qu’un profit de 114 000 livres, une somme considérable pour l’époque (l’équivalent de l’achat d’un hôtel particulier parisien au début du XVIIIe siècle).

Quant aux acheteurs, ils semblent nombreux, puisque les cartes des prédécesseurs de d’Anville sont épuisés, et renouvelables, puisque la carte est un produit alors périssable.

Le cartographe qui fait commerce de son art serait donc un homme qui s’enrichit.

Mais sans doute, ce document est-il à interpréter avec précaution. Il va de soi qu’un « plan d’affaire » vise toujours à présenter un projet sous l’angle le plus avantageux. Car le mémoire de d’Anville ne parait pas avoir convaincu un professionnel. La liste de cartes qu’il se propose de réaliser correspond assez bien à la liste des cartes qui sont vendues à la fin de sa vie, sous le titre « Cartes géographiques de M. d’Anville[2] ». Or ces cartes ont été pour la plupart gravées grâce au patronage généreux du duc d’Orléans, s’élevant à 22 000 L. Le coût élevé de la gravure et donc des dons du duc ont nourri la renommée du savant : la rumeur les évaluait à des montants extraordinaires[3]

REM : d’autres documents relatifs au commerce de la carte sont aussi consultables sur le site.

– Les documents classés sous la rubrique « contrat »

– Un certain nombre de documents issus des archives départementales de l’Orne, Fonds de la Société historique et archéologique de l’Orne, coté 252J224.

*« Estimation des livres provenant de la bibliothèque de feu M. Danville, faite par Nyon le Jeune, libraire, quai des 4 nations, parroisse (sic) St Sulpice, ce 7 mars 1782 ». Voir ici

* « Ouvrage à imprimer incessamment, in 4°, format et caractere des volumes des Académies » (Titre sur le document). Voir ici

* « Demande de correction pour l’ouvrage intitulé l’Euphrate ». Voir ici

– Lettre de d’Anville à Mestre (après 1772), dans la rubrique « correspondance » : mentionne le coût de la correction d’une carte. Voir ici

– A l’intendant général des finances, dans la rubrique « correspondance » : lettre relative à la publication de l’ensemble des mémoires de d’Anville paru à l’académie des Belles-lettres (alors épuisés) et à la publication de l’Antiquité géographique de l’Inde (qui paraît finalement en 1775). Voir ici

– Annonce du journal de Paris. 14 août 1782, « Avis concernant les cartes géogr. et autres ouvrages de feu M. d’Anville », Coll. de 10 000 à 12 000 cartes dont plus de 500 ms. « Le Sr Demanne, qui les débitoit depuis 15 ans aux Galeries du Louvre chez M. d’Anville et sous ses yeux, continuera à les débiter comme à l’ordinaire et au même prix » (dem. rue de l’Ortie face aux Galeries). Détail des cartes : 11 cartes de géogr. Ancienne, 16 cartes de géogr. moderne, 10 ouvrages et mémoires (pas d’Atlas au sens strict)(rem : avis identique à ceux répertoriés dans « contrats »). Archives nationales AN, Marc C/7/6 dossier d’Anville. Non numérisé


[1] Le document est conservé dans les archives départementales de l’Orne, Fonds de la Société historique et archéologique de l’Orne, coté 252J224.

[2] Voir « J.-B. d’Anville as Armchair Mapmaker: The Impact of Production Contexts on His Work », Imago Mundi 63:1 2011, p. 100-105. Les reproductions du document sont également disponibles ici, sous le nom de « liste de prix ».

[3] Jean-Baptiste d’Anville, Mémoire de M. d’Anville dans lequel, indépendamment de quelques articles qui sont personnels, il traite de plusieurs points très-intéressans pour le fond de la géographie, s. l., vers 1780, p. 8-9. Voir ici

L’Archive du mardi 20#: quatre documents relatifs au projet de cession de la collection

 

Le fonds d’Anville des archives départementales de l’Orne (coté SHAO 252J224) contient quatre documents utiles pour retracer l’histoire de la cession de la collection au roi.

Ici, les mémoires se proposent de démontrer pourquoi il serait utile à l’Etat d’acquérir la collection du géographe.

 

Les quatre documents sont :

1° « Mémoire dans lequel on propose de former une collection de cartes géographiques pour la Bibliothèquedu roi » Numérisé ici

2° [Projet de cession de la collection] Numérisé ici

3° [Projet de cession de la collection (avec éléments biographiques)] Numérisé ici

4° Minute de lettre relative au projet de cession de la bibliothèque Numérisé ici

 

Note : ces documents ont déjà été mis en ligne, simultanément sous l’onglet « notes géographiques » et l’onglet « Etat civil, administration, académies, divers »

L’Archive du mardi 19#: Jean-Baptiste d’Anville pédagogue

L’enseignement est l’un des moyens dont le jeune géographe dispose pour gagner sa vie, mais aussi pour augmenter son capital social.

En 1719, Jean-Baptiste d’Anville devient ainsi  l’un des professeurs de géographie de Louis XV (avec Guillaume Delisle), grâce au soutien de Louis Dufour de Longuerue, lui-même professeur d’histoire du jeune roi. Probablement dans les années 1740, il enseigne la géographie au duc de Chartres, fils de Louis d’Orléans (1703-1752).

Ces leçons ont fait l’objet de cours, dont certains ont été imprimés (Notice de l’ancienne Gaule dédiée à S. A. S. Monseigneur le duc de Chartres et la plupart des cartes publiées sous les auspices du duc d’Orléans).

Mais l’essentiel de ces leçons, quant elles sont spécifiquement géographiques notamment, est demeuré manuscrit.

Cette littérature pédagogique est conservée aux Archives départementales de l’Orne, Fonds de la Société historique et archéologique de l’Orne , cote 252J224)

Elle comprend notamment des leçons de géographie sous forme de dialogue (Entretien sur la géographie) et des explications géométriques (Sur la division du cercle, Nouveaux éléments de géographie (extraits))

On y trouve également un mémoire explicatif, relatif à une carte du monde faite pour Louis XV par ordre du Régent. Ce document concerne donc directement l’éducation du prince: Détermination géographique de la situation et de l’étendue des différentes parties de la terre

Ces documents sont disponibles en cliquant sur les liens

 

Notons enfin que l’activité pédagogique de d’Anville fut diverse puisqu’il donna aussi des cours publics[1] et fut le maître d’au moins deux disciples, P. C. A Helle[2] et Jean-Denis Barbié du Bocage.


[1] 8 octobre 1753 :« D’Anville avertit le public qu’il donnera un cours suivi de math., arithmétique, géométrie, astronomie, géographie et hydrographie gratuitement 2 fois par semaine le mardi et le jeudi 3h30-5h, rue neuve de Richelieu » (Archives nationales AN, Marc C/7/6 dossier d’Anville)

[2] Malgré nos recherches, nous n’avons pu retrouver les prénoms d’Helle [ou Hellé] pour le moment. Deux documents conservés au département des Manuscrits témoignent de leur collaboration: NAF 25246 f. 1-68 et NAF 25246 f. 69-222

 

 

L’Archive du mardi #18: un récit autobiographique unique

 

 

Jusqu’à ce jour, nous ne connaissions pas de textes autobiographiques relatifs à Jean-Baptiste d’Anville. Le géographe mentionne volontiers sa précocité dans sa correspondance ; il dévoile quelques détails de sa vie scolaire et de sa relation avec son frère dans l’éloge posthume qu’il consacre à Gravelot[1] ; il se plaint des difficultés à trouver un successeur dans ses Considérations générales[2].

Mais dans l’ensemble, la principale source biographique sur d’Anville restait jusqu’à présent indirecte, puisqu’il s’agissait de son éloge posthume par Bon-Joseph Dacier.

Le géographe paraît pourtant avoir publié un texte biographique dont nous avons découvert l’existence dans le « Fonds d’Anville », conservé dans les archives départementales de l’Orne (SHAO 252J224). L’exemplaire est une première épreuve, déchirée en deux. Pour l’heure, nous ignorons dans quelle sorte d’ouvrage ce mémoire était destiné à paraître.

L’opus est intitulé Mémoire de M. d’Anville dans lequel, indépendamment de quelques articles qui sont personnels, il traite de plusieurs points très-intéressans pour le fond de la géographie, s. l., vers 1780, p. 1-16.

Sans doute rédigé dans les toutes dernières années de sa vie, il contient de nombreuses informations inédites.

Pour le lire, voir ici.

Il se rapproche d’un autre document, manuscrit cette fois, également conservé aux Archives départementales de l’Orne et intitulé Lettre de M. d’Anville à M. Barbié. Voir ici

 

Note : l’ouvrage a été ajouté à la liste des mémoires publiés par d’Anville

 


[1] Jean-Baptiste d’Anville, “Eloge de M. Gravelot”, Le Nécrologe des hommes célèbres de France par une société des gens de lettres, Paris, Desprez, 1774, p. 131-145.

[2] Jean-Baptiste d’Anville, Considérations générales sur l’étude et les connoissances que demandent la composition des ouvrages géographiques, Paris, Lambert, 1777, 116 p

L’archive du mardi 17#: Trois documents inédits relatifs aux cartes de la « Description de la Chine » et signés d’Anville

 

Le 15 avril 1728, d’Anville est chargé par Jean-Baptiste Du Halde (1674-1743) de dresser les cartes de la Description géographique, historique, chronologique, politique et physique de l’Empire de la Chine et de la Tartarie. Si, de son propre aveu, les cartes des villes et des provinces ne sont rien d’autre que des copies de cartes chinoises dont le style est occidentalisé, un véritable travail de cartographie de compilation est en revanche réalisé pour les cartes générales.

D’Anville estime généralement nécessaire d’accompagner ses productions de dissertations qui justifient la pertinence des modifications qu’il introduit dans le tracé des cartes et leur donne ainsi pleine autorité.

Mais dans la mesure où il travaille pour un projet éditorial qui possède déjà sa pleine cohérence, d’Anville ne peut y intégrer un mémoire justificatif. Toutefois, bien qu’il n’ait pu les faire imprimer, rédige au moins trois documents relatifs à son travail cartographique sur la Chine :

 – une « Discussion de quelques circonstances géographiques de la carte générale de la Tartarie chinoise, dressée par le Sr d’Anville, et comprise dans la Description de la Chine de R. P. Du Halde » Numérisé ici

– une note sur la « toise chinoise »

– une « Réponse à la critique du P. de Mailla » (relative aux cartes de la Chine) Numérisé ici

Ces documents proviennent des archives départementales de l’Orne, (SHAO 252J224)