L’Archive du mardi #11: Un fonds d’archives exceptionnel conservé aux Archives départementales de l’Orne

Les Archives départementales de l’Orne conservent dans le fonds de la Société historique et archéologique de l’Orne un carton  intitulé « Manuscrits de Danville », coté 252J224.

Nous ignorons pour l’heure comment ce fonds a été acquis par la Société, fondée en 1882.

Jean-Pascal Foucher, directeur des archives et des biens culturels a bien voulu nous en fournir l’inventaire succinct. Cette liste devra être mis en regard avec le descriptif des manuscrits de d’Anville conservé au Département des manuscrits, à la Bibliothèque nationale de France (NAF 22186 f. 11-68)

Notons tout particulièrement la présence d’un document intitulé « Estimation des livres provenant de feu M. Danville (1782) » qui pourrait nous donner des éléments d’information sur la bibliothèque du géographe.

 Ce fonds devrait faire l’objet d’un programme de numérisation.

 

Questions générales.
La France. Mémoire sur un projet de géographie.
Tableau de mesures : longitudes, latitudes.
Lettre du 31 octobre 1787.
Notes.
Remarques sur le traité de la sphère.
A propos du soleil (dessins). Les 4 horizons.
Entretiens sur la géographie (2 entretiens).
Recueil des principaux endroits de Virgile qui ont rapport à la géographie et aux principes de la sphère.
Des usages du globe terrestre.
Notes (fiches).
Nouveaux éléments de géographie.
L’Empire de Russie : son origine, ses accroissements.
Antiquité géographique de l’Inde.
Réponse à la critique du P. de Mailla.
Mémoire sur la nation des Gètes et sur le Pontife qui a été adoré chez cette nation.
Dissertation sur les sources du Nil.
Mémoire sur un monument très ancien sculpté dans une montagne de la Médie.
Recherches sur la position de l’ancienne Babylone.
Notes concernant la vallée du Nil.
Remarques géographiques sur le Fretum Gaditanum.
Mémoire sur la différence de latitude et de longitude entre Alexandrie et ?
Recherches géographiques sur le golfe persique et sur les bouches de l’Euphrate et du Tigre.
Mémoire sur les peuples qui habitent aujourd’huila Dacede Trajan.
Du rempart de Gog et de Magog.
Description du golfe d’Ambroise où s’est donnée la bataille d’Actium.
Recherches géographiques et historiques sur la Sérique des Anciens.
Limites connues des Anciens au-delà du Gange.
Des fleuves du nom d’Araxes.
Thulé.
Mémoire pour corriger les cartes de géographie sur la latitude de la Mésopotamie entre l’Euphrate et le Tigre.
Description géographique de la France.
Mémoire sur la mesure qui est propre à la lieue française.
Plusieurs liasses : Arabes et ( ?) Mauri, Navarra et Aragona, Legio et Castella, Hibernia, Normanni, Italia, Britannia, Germania, Francia.
Estimation des livres provenant de feu M. Danville (1782).
Dissertation sur la situation du lac de Moeris.
Discussions surla Tartariechinoise.
Chemise concernant l’impression des notes de Danville (bibliothèque du Roi).
Notes sur l’utilisation de la géométrie, de la trigonométrie et des mathématiques (cercle de 360 degrés)
Détermination géographique de la situation et de l’étendue des différentes parties de la terre.

 

 

Un article sur la métrologie hispanique

Mario Ruiz Morales, professeur à l’université de Grenade, a bien voulu nous transmettre son article intitulé « Metrologia hispánica en la obra de J. B. d’Anville » (ici). Il y présente l’ouvrage de d’Anville intitulé Traité des mesures itinéraires anciennes et modernes (Paris, 1769, ici), et notamment le chapitre consacré à la « lieue d’Espagne » (p. 134-144).

À l’époque moderne, la cartographie suppose l’étude de la métrologie, la science des mesures. D’une part, l’utilisation des sources antiques implique d’établir le rapport entre mesures antiques et modernes. D’autre part, les mesures modernes sont elles-mêmes multiples et incertaines.

Dans l’exemple espagnol, que reprend Mario Ruiz Morales, la lieue espagnole (moderne) est fixée selon un nombre précis de pieds. Mais la valeur de ce dernier ne fait pas l’objet d’un consensus. Dès lors, la lieue vaut 4 milles pour les uns et seulement 3 milles pour les autres.

Pour réévaluer la valeur du pied, d’Anville choisit la mesure donnée par la source qui selon lui constitue la meilleure autorité. Elle est corroborée selon lui par un argument linguistique : le mille aurait été confondu avec une autre mesure, la « migérie », dont la longueur est moindre (confusion d’autant plus aisée que le mot « migérie » est une déformation de « mille »)

Ensuite, d’Anville se demande si ce mille d’Espagne est mesuré à partir du « pied castillan » ou du « pied romain ». Il s’appuie pour cela sur des sources qui comparent les mesures antiques avec les monuments qui leur étaient contemporains (routes, bornes, acqueduc). Face là encore à une contradiction de ses sources, qui aboutissent à des conclusions opposées, d’Anville tranche cette fois-ci à l’aide d’un argument géographique. Il choisit le « pied » dont la valeur est le plus en conformité avec les mesures du terrain, telles qu’il en a connaissance par les cartes contemporaines.

Linguistique, épigraphie, archéologie, cartographie : la lecture attentive de ce traité révèle, comme l’écrit Mario Ruiz Morales, « l’interdépendance entre la métrologie et les autres sciences ». Son étude systématique devrait permettre de saisir finement les rouages du travail d’un géographe de cabinet à la fois « antiquaire » et calculateur, à mi-chemin entre l’esprit de géométrie et l’esprit de finesse.

L’Archive du mardi #10: The Society of antiquaries of London

Comme souvent chez les savants de l’âge classique, la carrière académique de Jean-Baptiste d’Anville dépasse les frontières nationales. D’Anville est donc membre d’académies étrangères, comme l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg (17 septembre 1748). 

Le 30 novembre 1775, il est ainsi nommé « honorary fellow » de la Society of antiquaries of London. Cette nomination paraît avoir encore renforcé son prestige en Angleterre, ce dont témoignent les projets d’édition qui suivent. Vers 1776, il est sollicité pour une carte destinée à l’édition d’Oxford de Strabon par Casaubon et Falconer. Vers 1777, il dresse une General Map of the Roman Empire pour The history of the decline and fall of the Roman Empire d’Edward Gibbon. Toutefois, ce dernier projet n’aboutit pas, suite à la guerre d’indépendance américaine, qui oppose la France à l’Angleterre en 1778.

Soutiens pour la candidature de d’Anville comme « Honorary Fellow »  
 1775
Library of the society of antiquaries of London – minutes, 29 june 1775
Contenu : « Also recommending Monsr. D’Anville, a native of France, Geographer Royal to His most Christian Majesty, Member of the Royal Academy of Inscriptions at Paris and of the Academy of Sciences at Petersburgh, Secretary to his Serene Highness the Duke of Orleans, and author of many learned treatises to illustrate ancient and modern geography; being ambitious of becoming an honorary Fellow of this Society, is accordingly recommended by the subscribers as highly deserving of that honour. Signed by D. Barrington, Jer. Milles, D Wray, M. Lort, D. Sind, Robert Melville, W. Norris. “
Mots-clefs : réseaux; réception
Commentaires :  transcription d’Heather Rowland, directrice de la bibliothèque et des collections // Daines barrington (1727-1800), antiquaire et naturaliste / Jeremiah Milles (1714–1784), antiquaire/ Daniel Wray (1701–1783), archéologue  / Michael Lort (1725–1790), archéologue (1725–1790) / Jeremiah Milles (1714–1784) [Président de la Société], antiquaire/ William Norris (1719–1791), archéologue

*

Election de d’Anville comme « Honorary Fellow »  
 1775
Library of the society of antiquaries of London – minutes, 30 november 1775
Contenu : « The recommendatory Testimonials of Monsr. D’Anville …… having hung up the limited time, were read and their elections severally balloted for, and they were thereupon declared duly elected honorary Members of this Society. “
Mots-clefs : réseaux; réception
Commentaires :  transcription d’Heather Rowland, directrice de la bibliothèque et des collections

*

L’Archive du mardi #9: 13 nouveaux documents en ligne

 

Les archives du blog d’Anville font aujourd’hui l’objet d’une importante mise à jour. Ont été photographiés et rapidement transcrits des documents provenant des Archives nationales, de la Bibliothèque de l’Institut, des archives de l’Académie des sciences de Paris, des Archives de Paris et de la Bibliothèque de l’Académie des sciences de St Pétersbourg.

Certains documents intéresseront tout particulièrement les lecteurs curieux de l’activité antiquaire de d’Anville (comme la somme importante de notes manuscrites conservée à la bibliothèque de l’Institut sous la cote Ms 5487). L’arrière-plan social, économique, culturel du travail du géographe pourra être mieux cerné grâce aux documents extraits des Archives de Paris [1], ou encore à l’aide de la réponse de d’Anville au duc d’Albe (Brouillon de lettre, Bibliothèque de l’Institut – Fonds Henri Cordier – Ms 5401, feuillet 22).

L’importance du financement dans l’édition des cartes, mais aussi pour leurs mises à jour, peut être utilement précisé par la lettre de d’Anville à Mestre ( ?) (Dossier biographique – Bibliothèque de l’académie des sciences de Paris)

Les conditions particulières de consultation de documents en principe conservés secrets, comme au dépôt de la Marine, apparaissent, quant à elles, dans deux pièces relatives à la cartographie du diocèse de Lisieux par d’Anville (Archives nationales – cote MARINE)

Quant aux études relatives à la diffusion et à la réception de l’oeuvre du géographe de son vivant ou après sa mort, elles pourront être nourries par la correspondance des savants contemporains ou postérieurs, mentionnant l’envoi de cartes de d’Anville à l’étranger (Lettre de Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande à Jean-Albert EulerBibliothèque de l’Académie des sciences de St Pétersbourg) ou évoquant son nom à l’occasion d’un débat scientifique (Lettre d’Alexandre de Humbolt, à Barbié du Bocage)

Retrouvez ces différents documents classés sous l’onglet « archives ».

 

 

 

Archives nationales

Deux documents relatifs au diocèse de Lisieux. Datés du 4 mai 1721
 NOTE
Evoquent une demande exceptionnelle de consultation de plans de côtes gardés secrets (en faveur de d’Anville), conservés au dépôt de la Marine
Archives nationales – MAR C/7/6 ss  pochette 39
 Commentaires

*

Bibliothèque de l’Institut

Albe (le duc de), réponse de d’Anville NUM *TRANSC
 Les ducs d’Albe appartiennent à la vieille aristocratie de Castille. Le duc d’Albe dont il est question est Fernando de Silva y Álvarez de Toledo (1714-1776). Il est ambassadeur du roi d’Espagne en France auprès de Louis XV de 1746 à 1749, puis directeur dela Real Academia Española dès 1754.Le « M. Bignon » qui rapporte à d’Anville des cartes d’Espagne est certainement Armand-Jérôme Bignon (1711-1772), neveu de l’abbé Jean-Paul Bignon, qui effectue au cours de sa carrière une mission diplomatique en Espagne. Il devient bibliothécaire du roi en 1743.On y apprend entre autres que « 1000 livres » sont attachés à la place de membre de l’Académie de sciences, que d’Anville briguait une place de pensionnaire à l’Académie des inscriptions, qu’il correspondait avec la plupart des académies d’Europe, et enfin qu’il évoquait volontiers sa précocité.
Bibliothèque de l’Institut – Fonds Henri Cordier – Ms 5401, feuillet 22
1) Brouillon de lettre de d’Anville, probablement en réponse au courrier du duc d’Albe, le félicitant de sa nomination de premier géographe du roi, [prob. 1773]. Mention de la lettre du duc d’Albe dans le Catalogue des livres de feu M. de Manne, Paris, François, 1863, p. 249-255.
Mots-clefs : réseaux de sociabilité
Commentaires : réseaux, économie savante, biographie, transferts de savoir

 

*

Notes géographiques et manuscrites  Notes 8 (1)*Notes 8 (2)*Notes 8 (3)(num)
Plusieurs écritures, différentes de celles des ms conservés àla BnF.Ledossier, très volumineux, n’a pas pu être photographié dans sa totalité.Chronologies grecques et romaine, histoire des Perses
Bibliothèque de l’Institut – Ms 5487 (Don de madame Henri Cordier)
Mots-clefs : manuscrit ; géographie
Commentaires :

*

Bibliothèque de l’Académie des sciences de St Pétersbourg

 

Lefrançois de Lalande Joseph Jérôme (astronome) à Jean-Albert Euler (physicien), secrétaire perpétuel à l’Académie des sciences de Saint Pétersbourg, Bourg en Bresse, 1769  TRANSC
Lettre transcrite par Irinah Melevsky, qui travaille à l’Académie des Sciences de Saint Pétersbourg. Ici, d’Anville n’est ni l’auteur ni le destinataire de la lettre. Il n’est question que de ses cartes qui sont envoyées par Lefrançois de Lalande à Euler en Russie. Il s’agit pour Euler de reconstituer son univers savant à Pétersbourg.
Bibliothèque de l’Académie des sciences de St Pétersbourg.
Bibliographie : publiée dans la correspondance académique, 1769, Ф. 1, Оп. 3, д. 53, л. 102-103v.
Mots-clefs : réseaux de sociabilité ; transfert d’information et de documents
Commentaires :

 

*

Collection privée

Humbolt Alexandre de, à Barbié du Bocage, Paris, vers 1821 TRANSC PARTIELLE
Mentionné dans Lettres autographes et documents manuscrits, Vente aux enchères publiques, Pierre Bergé & associés, Paris, Drouot Montaigne, Salle Bourdelle, mardi 22 décembre 2009, N° 94
Collection privée
Polémique sur l’existence du lac Parime. Mention de l’avis de d’Anville sur cette question
Mots-clefs : réception
Commentaires :

*

Bibliothèque de l’académie des sciences de Paris

 

à Mestre ( ?), de d’Anville NUM*
TRANSC
Mentionne une correspondance avec Faulkner (d’Anville compose des cartes pour son édition de Strabon, publiée à Oxford), 1775-1778 – évoque sa vue affaiblie – admet une erreur dans une carte – coût de la correction d’une planche (« deux louis ») dont la dépense reviendrait à l’imprimeur (?) – publication cartographique: absence de gain financier pour d’Anville – mention du rôle des banquiers, dans le financement des cartes, ici, M. de Germani, frère de Jacques Necker (1730-1804) et M. Pouchaud.Cartes mentionnées: Gallia antiqua, une Italia en deux cartes
Dossier biographique – Bibliothèque de l’académie des sciences de Paris
1) Lettre non datée, postérieure à 1772, date à laquelle Necker cède ses affaires à son frère
Mots-clefs : réseaux de sociabilité; économie de la carte; échanges scientifiques
Commentaires : 

*

Notes relatives à l’histoire de France  Non localisé   
«  J. B. B. d’Anville, géographe célèbre (1697-1782) : Mss. aut. avec corrections, 4 pp. in-4, où il étudie, en maints détails intéressants, le lieu de naissance de Charlemagne, pour prouver qu’il est né en France. Pièce curieuse et rare. 1200  »
Extrait du catalogue de Mai 1957 dela Librairie Damascene Morgand, 14 rue de Seine. Conservé dans le dossier biographique dédié à d’Anville àla Bibliothèque de l’académie des Sciences

 

*

Archives de Paris

 

Emancipation de Marguerite Bourguignon de Saint Paul, fille de Saint Paul  ETAT  (num et transc)
7 juin 1760
Archives de Paris – DC614 f. 250 v.°
Contenu : émancipation de la fille du plus jeune frère de d’Anville, Bourguignon de Saint Paul. A cette date, son père et sa mère sont déclarés décédés.
Mots-clefs : liens familiaux, réseaux
Commentaires :  

*

Plan d’une partie de Paris, réalisé sous l’ordonnance d’Hébert de Hauteclair  ETAT (num et transc)
5 octobre 1784
Archives de Paris – D 1 Z 68 (feuillet)
Contenu : mention d’Hébert de Hauteclaire, gendre de d’Anville. Il est conseillé du roi, trésorier de France, grand voyer en la généralité de Paris.
Mots-clefs : liens familiaux, réseaux
Commentaires :  

*

Testament Paul Bourguignon de Saint Paul  ETAT (num et transc)
22 juillet 1746
Archives de Paris – Original aux Archives nationales, Notaire : Alexandre Fortier (1728-1770), étude XXXI (92-191), rue Neuve des Petits Champs. Répertoire 2 à 5
Contenu : fonctions de St Paul (directeur des domaines du roi), lieu d’habitation (rue de Richelieu), notaire (Fortier), noms des familiers : leg à son beau-frère Le Maître, à son domestique et à l’exécuteur testamentaire. Son père est encore vivant.
Mots-clefs : biographie, liens familiaux, réseaux
Commentaires :  

*

Testament de Marie Anne Barbry, femme de Saint Paul  ETAT (num et transc)
2 décembre 1749
Archives de Paris – DC6234 f. 50 v.°
Contenu : document olographe, Marie Anne Barbry veuve en 1749, nom du notaire : Gancerand ou Agancerand au Châtelet. Pas de legs à la famille Bourguignon
Mots-clefs : liens familiaux, réseaux
Commentaires :  

*

 

Contrat d’union des créanciers du susdit [Jacques-Joseph Bourguignon] maître tailleur d’habits à Paris et d’Anne Gillet (-Desmarets) son épouse, le 25 février 1749  ETAT (num et transc)
25 février 1749
Archives de Paris – DC6 12 f. 15 GR° et V°
Contenu : Il est question d’un Jacques Joseph Bourguignon, défunt maître tailleur d’habits. Peut-être de la famille de d’Anville.
Mots-clefs : liens familiaux, réseaux
Commentaires :  

*

Mariage de Marguerite Bourguignon de Saint Paul, fille de Saint Paul  
1781
Archives de Paris – DC6 23 f° 178 v°
Contenu : épouse Edme Dominique Pignard, écuyer, conseiller secrétaire du roi – séparation de biens
Mots-clefs : liens familiaux, réseaux
Commentaires :  

 


[1] Malheureusement, il reste peu d’archives sur la famille. Les actes de baptême, de mariage et de décès relatifs à d’Anville et ses frères, ont disparu dans les incendies de la Commune, en mai 1871. Seul l’acte de baptême de Gravelot a fait l’objet d’une reconstitution. Cet acte, l’acte de son second mariage, ainsi que son acte de décès ont également été publiés par Edmond et Jules de Goncourt dans la seconde moitié du XIXe siècle. Rien de tel n’a été conservé pour d’Anville

D’Anville et la carte de la Moldavie

Dans son article, « Autour de la carte de la Moldavie par Démètre Cantémir » (voir ici) [1], Vlad Alexandrescu se propose de retracer l’histoire d’une carte, celle de la Principatus Moldaviae nova & accurata descriptio (1737).

La genèse ou l’élaboration du document achevé n’est pas l’objet de cette étude. Le lecteur n’apprendra ici que peu de choses sur les modalités matérielles de la construction de cette carte de Moldavie, si ce n’est qu’elle a été dressée par le prince Démètre Cantémir à l’époque où « il gouvernait la Moldavie en qualité de Hospodar[2] », c’est-à-dire en tant que « monarque ». Quelles sont les circonstances d’élaboration de la carte? Pourquoi n’a-t-elle pu être publiée dans son pays d’origine? Ces questions ne sont pas explicitement évoquées.

Le destin éditorial et intellectuel de cette carte une fois achevée, voilà à quoi l’auteur s’attache plutôt. Ce destin, comme souvent pour les cartes manuscrites, est paradoxal et incertain. Le contenu géographique, tant qu’il est inédit, a suffisamment de valeur pour faire l’objet, comme c’est le cas ici, d’une tentative d’espionnage. Il est toutefois insuffisamment lucratif pour susciter l’intérêt des imprimeurs. Antiochus Cantémir, son fils, doit faire appel à ses plus puissants appuis pour faire publier l’oeuvre de son père.

 

Quant à la réception de la carte de Cantémir, elle est essentiellement traitée à travers sa réutilisation par le géographe Jean-Baptiste d’Anville[3]. Entre 1738 et 1744, celui-ci consulte le manuscrit, lequel lui a été communiqué par Antiochus Cantémir lui-même, alors ambassadeur de Russie auprès du roi de France. Cet exemple confirme la régularité des relations que d’Anville parvient à nouer dans le milieu diplomatique, sans doute grâce à ses protecteurs princiers.

 

Enfin, de la carte de Cantémir elle-même, d’Anville use comme de la plupart de ses sources cartographiques. Il la copie en n’en conservant que l’essentiel à ses yeux, la compare et la mêle avec d’autres sources. Enfin, il s’en sert pour identifier les toponymes anciens avec les modernes. La consultation des notes géographiques de d’Anville conservées au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France sous les cotes NAF 6502 et 17381 permettrait peut-être d’approfondir la question.

 

Grâce à d’Anville, alors considéré comme un géographe de référence, l’incidence du manuscrit de Cantémir sur les représentations de l’Europe occidentale va être considérable. Le document permet en effet au savant français de remodeler sa Troisième partie de la carte d’Europe (1761), consacrée à l’Europe orientale, jusqu’alors cartographiée de manière très fautive selon lui. Une nouvelle image de l’Europe de l’Est se diffuse alors auprès du public.


[1] Vlad Alexandrescu, « Autour de la carte de la Moldavie par Démètre Cantémir », Revue des Etudes Sud-Est-Européennes (Bucarest), tome XLIX, 2011, Nos 1-4, janvier-décembre, p. 139-188. Nous remercions Vlad Alexandrescu, professeur à l’Université de Bucarest, pour nous avoir transmis son article et pour nous autoriser à le diffuser sur le présent carnet de recherches. Contact : valexandrescu@gmail.com

[2] Jean-Baptiste d’Anville, « Mémoire sur les peuples qui habitent aujourd’hui la Dace de Trajan », Mémoires de littérature tirés des registres de l’Académie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres depuis l’année 1758, jusques & compris l’année 1760, tome 30, Paris, Imprimerie Royale, 1764, p. 261.

[3] Vlad Alexandrescu, op. cit., p. 173-182.

Gravelot cartographe?

À la mort de son jeune frère, en 20 avril 1773, Jean-Baptiste d’Anville rédige en son honneur un éloge posthume, publié dans le Nécrologe des hommes célèbres de France en 1774. À cette occasion, il mentionne les quelques activités cartographiques d’Hubert-François Gravelot :

« Revenu à Paris, & y menant une vie dissipée, avec un gout dominant pour les pièces de théâtre, le père, qui avait l’honneur d’être connu de M. le Chevalier de la Rochalard, prêt à s’embarquer en qualité de Gouverneur-général de Saint-Domingue, lui remit son fils, bien pourvu du nécessaire pour un temps, & qui fut recommandé en arrivant à M. Frézier, ingénieur en chef de la Colonie. Un talent, qui ne paraîtra point extraordinaire dans le frère de M. d’Anville, le fit d’abord employer au dessein d’une carte de l’Isle entière de Saint-Domingue, qui a été rendue publique par la gravure[1]. »

Hubert Bourguignon, futur Gravelot, embarque donc en décembre 1723, à la suite de Gaspard-Charles de Goussé, Chevalier de La Rochalard, lequel a reçu comme mission de rétablir l’ordre à Saint Domingue. Une fois arrivé, Gravelot assiste l’ingénieur en chef Amédée François Frézier (1682-1773) dans la cartographie de l’île de Saint Domingue. La carte sur laquelle il a travaillé est sans doute l’Isle de S. Domingue et débouquemens voisins (1724), signée par Frézier.

Amédée, Frézier, Isle de S. Domingue et débouquemens voisins, 1724. BnF Cpl GE DD- 2987 (9001)

 

 

La nature du travail qui lui est attribué n’est pas connue avec certitude : a-t-il participé au levé ou à la mise au net de la carte comme le suggère le mot « dessein » ? Les travaux consacrés à Frézier ne permettent pas de le préciser : Gravelot n’y est d’ailleurs pas mentionné[2].

Gravelot ne peut pas être considéré comme géographe pour avoir participé à une seule carte, mais nul doute que cette expérience l’ait familiarisé avec les difficultés inhérentes à la représentation du territoire.

On peut également supposer qu’à son retour en France, en 1729, Gravelot ait servi d’informateur à d’Anville. Ce dernier publie dès 1730 une Carte de l’isle de Saint-Domingue avec partie des isles voisines dressée sur la dernière carte de Mr. Frézier.

Jean-Baptiste d'Anville, Carte de l'isle de Saint-Domingue avec partie des isles voisines, 1730. BnF Cpl GE DD- 2987 (9004)

La correspondance entre les deux frères prouve que le cadet montrait de l’intérêt pour les travaux cartographiques de son aîné et n’hésitait pas à lui envoyer les documents qui lui étaient nécessaires quand il les avait à sa disposition.


[1] Jean-Baptiste d’Anville, « Éloge de M. Gravelot », Le Nécrologe des hommes célèbres de France par une société de gens de lettres, Paris, Desprez, p. 133.

[2] Émilie d’Orgeix, « Amédée Frézier et la cartographie de Saint-Domingue durant la première moitié du XVIIIe siècle », Le Monde des cartes, n° 180, 2002, p. 7-16.

L’Archive du mardi #8: des notes manuscrites à la Bibliothèque de l’Institut

 

Une liasse conservée à la Bibliothèque de l’Institut à Paris vient compléter la documentation disponible au Département des manuscrits à la Bibliothèque nationale de France

Notes géographiques et manuscrites  Notes 8 (1)

*

Notes 8 (2)

*

Notes 8 (3)

(num)

Plusieurs écritures, différentes de celles des ms conservés à la BnF.

Le dossier, très volumineux, n’a pas pu être photographié dans sa totalité.

Bibliothèque de l’Institut – Ms 5487 (Don de madame Henri Cordier)
Mots-clefs : manuscrit ; géographie
Commentaires :

 

L’Archive du mardi #7: Gravelot

 

Acte de décès de Gravelot ETAT1(transc)
Publié dans Edmond et Jules de Goncourt, Gazette des beaux-arts, Courrier européen de l’art et de la curiosité, p. 168. Disponible dans Google.books
Emplacement inconnu (Acte conservé à Saint-Germain l’Auxerrois au XIXe siècle)[Copie connue]
Mots-clefs : biographie ; Gravelot
 Commentaires:

*

Acte de naissance de Gravelot ETAT 29(num)
Archives de Paris – reconstitution des actes de l’Etat civil, n° d’entrée 476882
milieu social: marchands aisésnom de la mère: Vaugin plutôt que Vaugon
Mots-clefs : biographie ; Gravelot
 Commentaires:

 

L’Archive du mardi #6 : Un catalogue des notes géographiques

 

 

Parmi les archives relatives à d’Anville conservés au Département des manuscrits à la Bibliothèque nationale de France, « la notice des manuscrits de M. d’Anville » (NAF 22186 f. 11-68) revêt une importance toute particulière. Lire  ici

Ce document manuscrit anonyme (fin XVIIIe siècle début XIXe siècle) recense et classifie les archives non cartographiques de JBA. Il paraît avoir été réalisé peu après la mort du géographe.

Ce document présente de l’intérêt à divers titres :

1- Les archives manuscrites du géographe sont aujourd’hui dispersées: ce document permet d’en évaluer le contenu

2- Il permet de confirmer l’attribution de certains papiers à d’Anville

 

Le rôle de l’école dans la carrière de Jean-Baptiste d’Anville (1697-1782)

Le Collège Mazarin, ou Collège des Quatre nations, au XVIIIe siècle

 

Etude présentée à l’occasion de la 25e conférence cartographique internationale (ICC), qui s’est tenu à Paris, au Palais des Congrès, en juillet 2011 Continuer la lecture de Le rôle de l’école dans la carrière de Jean-Baptiste d’Anville (1697-1782)