Les collaborateurs invisibles du savant : le cas Pierre-Charles-Alexandre Helle

La figure du savant solitaire n’est pas qu’une construction d’hagiographe. D’Anville a largement contribué à construire son propre mythe en prétendant n’avoir eu aucun élève avant sa rencontre avec Jean-Denis Barbié du Bocage (1760-1825). Dans ses Considérations générales sur l’étude et les connoissances que demandent la composition des ouvrages de géographie (1777), il écrit :  « J’ai essuyé plus d’une fois des reproches sur ce que je n’avois point formé un élève, pour me donner (comme on vouloit bien s’exprimer) un successeur[1]. » À cette date, en effet, d’Anville n’a pas encore désigné Barbié du Bocage comme héritier. Pour autant, le géographe a bel et bien collaboré avec au moins un élève au cours de sa carrière, Helle.

Pierre-Charles-Alexandre Helle (…-1767) naît à Paris au début du XVIIIe siècle. Il est surtout connu comme ingénieur et expert en art : il est le rédacteur de catalogues d’estampes. On sait moins, en revanche, à quel point la géographie a occupé une grande place dans sa vie[2].

Il bénéficie très jeune de la protection de son oncle, Robert-Alexandre d’Hermand, ancien colonel d’infanterie, ingénieur des camps et armées du roi, qui lui fait donner une éducation et le destine à une carrière militaire. Mais quand celui-ci tombe en disgrâce, les espérances d’Helle s’évanouissent. Contraint de se trouver un état, il prend des leçons de géographie auprès de d’Anville, en donne à son tour et collabore à la réduction des cartes de la Chine destinées à accompagner la Description de la Chine (1735) de Jean-Baptiste du Halde. Dans une Description de l’Asie manuscrite (1761), rédigée par Helle, les termes de l’accord sont évoqués :

[D’Anville] a eû (sic) la bonté d’enseigner la géographie [à Helle] en 1728 lorsqu’il travailloit avec lui aux Grands Jésuites, à la réduction des cartes de la Chine, dessinées dans le païs, et levées trigonométriquement. Le sieur Helle étoit convenu avec M. d’Anville de l’aider dans ce travail, à condition qu’il lui montreroit cette science, ce qu’il a fait en écrivant des détails sur des parties moins connües, comme sur l’Asie ou l’Afrique[3].

La géographie n’est pas, pour autant, son activité principale. En 1734, il assiste en tant qu’ingénieur volontaire au siège de Philipsbourg. Mais à nouveau, il doit renoncer à une carrière dans l’armée, faute de ressources. Il se fait alors marchand de dessins, d’estampes et de curiosités.

Mais il n’y a pas loin au XVIIIe siècle de l’estampe à la carte, et de fait, comme nous l’apprend sa Description de l’Asie, il écrit régulièrement des descriptions géographiques sur l’Amérique, les îles britanniques et l’Allemagne . Celles-ci sont revues par d’Anville dont « il n’a jamais perdu de vüe l’amitié que M. d’Anville lui a toûjours (sic) témoignée[4]. »

Pendant plus de trente ans, Helle et d’Anville ont travaillé ensemble, même si cette collaboration s’est surtout faite dans le sens d’Anville vers Helle. Ensemble, ils ont mené à bien l’opération de réduction des cartes de la Chine. Pourtant, dans ses divers écrits à teneur autobiographique, d’Anville ne mentionne jamais son ancien élève[5].  À quoi doit-on attribuer ce silence de d’Anville ? À la précocité de la mort de Helle, dix ans auparavant ? À la déception qu’il a pu éprouvé vis-à-vis d’un disciple qui ne s’est pas consacré entièrement à la géographie, mais a aussi été tenté par la carrière militaire et s’est intéressé à l’art ? On peut lire à travers les lignes qui suivent l’amertume du savant contre son successeur répudié : « Je ne l’aurois point pris sans littérature, & j’aurois désiré le trouver aussi épris, ou à-peu-près, du mérite de la chose, que je l’avois été, & plus occupé de lui être utile, que d’en tirer de l’utilité[6]. »


[1] Jean-Baptiste d’Anville, Considérations générales sur l’étude et les connoissances que demandent la composition des ouvrages géographiques, Paris, Lambert, 1777, p. 109-110.

[2] Manuscrit à la suite des Catalogues de livres & des estampes de feu M. d’Hermand, Paris, 1739 publié par Georges Duplessis, Mémoires et journal de J. G.  Wille, t. I, p. 51. Voir aussi Lazare Duvaux, Livre-journal de Lazare Duvaux, marchand-bijoutier ordinaire du roy, Paris, s. n., 1873, p.  C .

 

[3] Pierre-Charles-Alexandre Helle, Description de l’Asie, 1761, BnF Manuscrits NAF 25246, f. 222 r° – 223 v°.

[4] Pierre-Charles-Alexandre Helle, op. cit., f. 223 r°.

[5]  Voir Jean-Baptiste d’Anville, Considérations générales sur l’étude et les connoissances que demandent la composition des ouvrages géographiques, Paris, Lambert, 1777, 116 p ; Jean-Baptiste d’Anville,  Mémoire de d’Anville dans lequel, indépendamment de quelques articles qui lui sont personnels, il traite de plusieurs points très-intéressans pour le fond de la géographie, s. n., s. d., p. 1-16.

[6] Jean-Baptiste d’Anville, op. cit., p. 110.

Les cartes de la Description de la Chine de Jean-Baptiste Du Halde : quelques remarques sur les sources et les originaux

À la mort du père Charles Le Gobien en 1708, le père jésuite Jean-Baptiste Du Halde (1674-1743) est chargé de poursuivre la publication des Lettres édifiantes et curieuses. On lui doit l’édition des recueils IX à XXVI. Au cours de sa carrière éditoriale, il reçut notamment vingt-sept mémoires manuscrits et imprimés sur la Chine qu’il ne put envisager de publier dans leur intégralité. Il prit alors le parti d’en proposer une synthèse, accompagnée de cartes géographiques. Le 15 avril 1728, Du Halde passe un premier contrat avec le géographe Jean-Baptiste d’Anville. Celui-ci est chargé de réaliser les cartes de la Description géographique, historique, chronologique, politique et physique de l’Empire de la Chine et de la Tartarie chinoise, publié en 1735. Selon l’accord, d’Anville devait « réduire et dessiner » des cartes des provinces de la Chine et réaliser trois cartes générales[1]. Les deux contrats suivants l’engagent à réaliser une quatrième carte générale, à réduire les cartes de provinces, et à mettre en état de graver des plans de villes envoyés de Pékin. Dans la première édition de la Description les cartes de d’Anville se répartissent de la manière suivantes : le premier volume contient deux cartes générales et vingt-cinq cartes et plans de la Chine, le quatrième volume comprend vingt-cinq cartes[2].

Les sources de ces cartes

D’Anville n’était pas censé réaliser ces cartes à partir de son seul fond. Son commanditaire, Du Halde, lui fournissait ses sources, « […] les cartes particulières que l’Empereur Cang-hi a fait lever sur les lieux, par les Jésuites-Missionnaires dans ce pays[3] ». À  cette époque, Khanghi, l’empereur de Chine, avait projeté d’user des compétences des missionnaires jésuites établis à Pékin afin d’établir un atlas de la Chine, en collaboration avec des fonctionnaires chinois. Commencé en 1707, l’ouvrage fut achevé en 1715. L’empereur le fit publier en chinois et en mandchou. De leur côté, les jésuites envoyèrent en Europe des calques de ces cartes, dont la toponymie était transcrite en lettres romaines, calques que d’Anville était chargé de réduire, d’assujettir aux observations astronomiques, d’utiliser au mieux pour ses cartes générales[4] et de compléter grâce aux documents accumulés dans son propre fond[5]. Ces calques ont permis à d’Anville de tracer 17 cartes de parties dela Chine (fig. 1) et 4 cartes générales (fig. 2).

 

Titre manuscrit/Titre imprimé Cote ms
[Chansi] Carte préparatoire de la carte Province de Chan-si Ge D 10569
[Chan-toung] Carte préparatoire de la carte Province de Chan-tong Ge D 10570
[Fo-kien] Carte préparatoire de la carte Province de Fo-kien Ge D 10571
[Ho-nan] Carte préparatoire de la carte Province de Ho-nan Ge D 10572
[Hou-quang] Carte préparatoire de la carte Province de Hou-quang Ge D 10573
[Kan-sou] Ge D 10574
Province de Kiang-nan Ge D 10575
[Kiang-si] Carte préparatoire de la carte Province de Kiang-si Ge D 10576
Province de Koei-Tcheou Ge D 10577
[Kouang-si] Carte préparatoire de la carte Province de Quang-si Ge D 10578
[Kouang-Toung] Carte préparatoire de la carte Province de Quang-tong Ge D 10579
Pe-tchi-li Carte préparatoire de la carte Province de Pe-tche-li Ge D 10580
Se-tchouen Carte préparatoire de la carte Province de Se-tchuen Ge D 10581
Tche-kiang- Carte préparatoire de la carte Province de Tche-kiang Ge D 10582
Yun-nan – Carte préparatoire de la carte Province de Yun-nan Ge D 10583
Partie de la Mongolie comprise entre Parkotoun (Karakorum) et l’Altaï Ge D 10589
Routes de Par (Parin ?) à Hi-feng-Kesu (in Pi-tchi-li) par le Sira-mouren (Chara-mouren) Ge D 10590

Fig. 1. Cartes des parties dela Chine par Jean-Baptiste d’Anville

 

Titre manuscrit/Titre imprimé Cote ms
[Grande carte des provinces extérieures de la Chine, comprenant la Mandechowriela Mongolie, la Tartarie, etc]/ Mongolie, Mandchourie, Corée, Japon et N. de la Chine Ge D 10584/ Ge D 10587
Carte générale du Tibet ou Bouttan et des pays de Kashgar Ge D 10585/ Ge D 10586
Carte générale de la Chine Ge D 10588
Carte générale de la Tartarie chinoise ?

Fig. 2. Cartes générales par Jean-Baptiste d’Anville

Dans son article, Marcel Destombes souligne que les sources des calques ne sont pas exclusivement occidentales et jésuites, d’après des détails que Jean-Baptiste du Halde donne lui-même dans l’introduction de son ouvrage :

Elles [il s’agit des calques jésuites] sont basées sur les cartes provinciales de la Chineet de la Tartarieslevées par ordre de l’empereur de Chine de 1708 à 1717 par les Jésuites de Pékin et les fonctionnaires chinois et mandchous qui les accompagnaient – ces derniers ayant établi seuls les cartes de Corée – et sur celle des lamas pour le Tibet[6]

En revanche, du Halde ne mentionne pas un certain nombre d’originaux chinois utilisés par d’Anville et sans doute envoyés par les jésuites :

Du Halde […] ne dit mot des originaux chinois. Ceux qui servirent à d’Anville furent gravés sur bois à Pékin en 1717 (révisés en 1721) à l’échelle du 1/2000 000e (qui est celle des cartes provinciales de Chine, du Tibet et de Tartarie de du Halde) et ensuite gravées sur cuivre avec des additions en 1719 à l’échelle du 1/1. 400 000e environ[7].

Enfin, d’Anville aurait possédé un original gravé sur bois de 1721 de l’atlas publié en chinois et mandchou. Portant la cote1648 a, il était conservé jusqu’en 1943 aux Archives des Affaires étrangères à Paris. Emporté en Allemagne pendant la guerre, il n’a pas pu être localisé par Marcel Destombes.

Le destin russe des calques jésuites

L’orientaliste Julius von Klaproth affirme avoir acheté les calques jésuites utilisés par d’Anville qu’il aurait vendues au gouvernement russe en 1818 :

Le hasard m’avait rendu propriétaire des calques qui étaient venus de la Chine. Jeles ai cédés au gouvernement russe en 1818. La carte dechacune des quinze provinces de la Chineforme, comme dans l’Atlas de d’Anville, une feuille à part ; la Tartarie, au contraire, est divisée en douze feuilles, qui ne forment qu’une seule carte. En examinant ces dernières, je remarquais qu’elles n’allaient au sud que jusqu’au quarantième degré de la latitude nord; de sorte qu’il y manquait la pointe méridionale de la province chinoise de Liao toung, exactement comme dans la première feuille de la Tartarie de d’Anville[8].

Selon la description de Klaproth, ces documents se présentent sous la forme 12 calques, soit un calque pour 12 cartes des parties dela Chineet 1 carte en 12 calques dela Tartarie. MarcelDestombes affirme toutefois qu’une partie des calques se trouvent encore dans la collection d’Anville, sans préciser de cotes. Après consultation du catalogue, seuls deux documents pourraient peut-être correspondre :

– Une carte huilée au crayon de la côte dela Chinedepuis la rivière de Hanmenkan jusqu’à Canton, [17…], cote Ge DD 2987 (7235), notée absente.

– Une Carte du pais habité par les tartares Ho-Ho-nor et les peuples de Sifan, une carte manuscrite, qui, selon la notice, aurait été donnée par les Chinois aux Jésuites. Elle est conservée sous la cote Ge DD 2987 (7348 B)

Mais doit-on faire confiance aux informations données par Julius Klaproth ? L’orientaliste est certes dépeint par Henri Cordier[9] comme un savant et un linguiste de premier ordre, mais aussi comme un individu sans scrupule, voleur, menteur, espion à la solde dela Prusse, grossier et coureur de femmes. Henri-Jules Klaproth est né le 11 octobre 1783 à Berlin. C’est le fils de Martin-Heinrich Klaproth (1743-1817) chimiste de renom, reconnu entre autres pour avoir identifié l’uranium. Dès 14 ans, en 1797, Julius Klaproth commence son apprentissage du chinois qu’il perfectionne à Dresde en 1802. Protégé par le comte Jean Potocki, il est attaché à l’ambassade de Chine du comte Golovkin en 1805. Malheureusement, l’ambassade est un échec : elle n’est pas autorisée à entrer en Chine. Grâce à Jean Potocki, une fois encore, Klaproth obtient un poste à Saint-Pétersbourg en 1804. Il progresse rapidement dans la hiérarchie. Nommé adjoint pour langues orientales et la littérature asiatique par l’Académie des sciences dès l’année suivante, il devient académicien extraordinaire en 1807. Mais en 1812, dans des circonstances obscures, il demande congé de l’académie de Saint-Pétersbourg et perd ses titres de noblesse. Il cherche alors à travailler à Paris.

La réputation trouble de Klaproth est connue d’après des lettres de l’orientaliste Silvestre de Sacy qui, parce qu’il a quelques doutes sur la moralité du personnage, mène l’enquête auprès du comte Serge Semenovich Ouvarov, savant russe sur le point d’être nommé président de l’Académie impérial des sciences :

À ce propos, je dois vous parler d’un homme qui ne manque assurément ni de talent, ni de connaissances acquises, mais dont la moralité, et les principes me sont extrêmement suspects. Je veux parler de M. Jules de Klaproth. (…) (En 1815, il) quitta Paris sans rendre rien des livres et objets précieux qu’il avait empruntés à des particuliers ou à des établissements publics, et disparut, laissant le tout à la garde d’une femme de mauvaise vie. On fut obligé de reprendre le tout par la voie de la police.[10]

Dès cette première lettre, le Klaproth de Silvestre de Sacy paraît avoir tout de l’escroc : la séduction intellectuelle et l’absence de moralité. La réponse d’Ouranov, datée du 14-26 Mars 1817, confirme ses soupçons :

Il y a quelque tems qu’interrogé par M. Langlès sur le comte de M. Klaproth, je répondis que sa conduite en Russie avait été singulièrement honteuse ; que chargé du soin de faire graver des caractères chinois et muni à cet effet d’une somme d’argent assés considérable, il fut envoyé à Berlin & disparut gardant l’argent & les manuscrits très précieux qu’il avait emportés avec lui. Les égards dus à son respectable père empêchèrent en partie de sévir publiquement contre lui : quoiqu’il ait été déjà en partie rayé de la liste des Académiciens. [11]

Silvestre de Sacy n’est donc pas le seul à se méfier du personnage : l’orientaliste français Louis-Matthieu Langlès (1763-1824) a aussi pris ses renseignements sur Klaproth.

Celui-ci ne s’est pas mieux comporté en Russie qu’en France. Il ne s’est pas contenté d’un vol de bibliophile. Cette fois, il a aussi emporté de l’argent. Il semble profiter du prestige de son père et du respect dû à son nom pour commettre ses délits en toute impunité. Le mensonge est le moindre de ses forfaits. Il n’hésite pas d’ailleurs à dissimuler un vol par une malhonnêteté, comme l’écrit Silvestre de Sacy à Ouranov le 4 août 1817 :

Pour moi qui ne crains point sa langue, et ne me fie pas à ses mains, je l’ai tout à fait écarté de chez moi. On m’a assuré qu’il a vendu à Berlin à M. de Diez un manuscrit de l’histoire généalogique des Tartares d’Abou’l Gazi. Ne seroit-ce point l’exemplaire de la Bibliothèqueimpériale de Pétersbourg, dont a parlé Schoelzer, dans ses Kritisch-historische Nebenstunden ? M. Klaproth colore les spoliations dont il s’est rendu coupable, en disant qu’on l’avait autorisé à prendre tous les doublets de la Bibliothèque Impériale, et il se vante de n’avoir pas choisi les moins bons. [12]

Il revend donc sans scrupule les livres tirées de la Bibliothèquerusse en prétendant qu’il y est autorisé. Henri Cordier lui attribue aussi le vol à la Bibliothèqueroyale de Paris de deux cahiers du manuscrit de la Noticia Linguae Sinicae de Joseph de Prémare, ouvrage que Klaproth eut entre les mains puisqu’il en possédait une copie, aujourd’hui conservée au British Museum sous la cote Add. Ms. 11707.

Le personnage est séduisant, brillant. Serge Ouvarov lui-même avoue s’y être laissé prendre[13]. Silvestre de Sacy, dans sa réponse du 4 août 1817 le soupçonne d’inciter ses victimes à la négligence afin qu’elles ne puissent lui reprocher ses vols sans être elles-mêmes compromises:

Il est bien étrange, sans doute, que le gouvernement prussien accorde quelque confiance à un homme deshonoré à ce point. Cependant M. Schuckmann, ayant été instruit (…) de l’opinion que j’avais de M. Klaproth, a fait prendre à ce sujet des informations à Paris. Mais j’ai tout lieu de croire que MM. les Conservateurs de la Bibliothèquedu Roi ne voualnt pas se compromettre et s’attirer des reproches sur leur imprudente confiance, auront répondu que M. Klaproth leur a tout restitué.[14]

À la lueur de cette réputation, les propos tenus par Klaproth dans son article prennent une résonance toute particulière, comme ce « hasard » qui l’a rendu « rendu propriétaire des calques ». Le flou entretenu autour de leur origine suggère une acquisition malhonnête. La phrase suivante peut elle aussi paraître suspecte : « Je les ai cédés au gouvernement russe en 1818 ». Depuis 1812, Klaproth est au plus mal avec le gouvernement russe, au point d’avoir été déchu de ses titres. Une réconciliation n’est cependant pas tout à fait exclure étant donné les appuis politiques de Klaproth et son talent pour regagner l’amitié d’anciens ennemis.

Pourtant, tout n’est pas mensonger sous la plume de Klaproth. Il prétend avoir comparé les cartes de la Chinede Jean-Baptiste d’Anville à l’atlas original de Khanghi[15]. L’orientaliste a en effet eu cet atlas entre les mains : le département des Cartes et plans possède les exemplaires de ses planches annotées[16]. Celles-ci portent les transcriptions latines des toponymes chinois. Néanmoins, compte-tenu de l’honnêteté intellectuelle toute relative du personnage, il n’est pas évident que le destin des calques jésuites utilisés par d’Anville puisse être retracé à partir de ses assertions sur lesquelles planent un continuel soupçon.

Les calques de la Chine de la collection Klaproth (Ge DD 2816) au département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale

Le département des Cartes et plans dela Bibliothèquenationale possède un ensemble de cartes manuscrites dela Chinesur calque, de la collection Julius von Klaproth. Ces calques portent le n° 173 de la collection Klaproth, Reg A 533. Le catalogue du fond Klaproth (cote CPL I-Ca Klaproth) nous apprend qu’ils appartiennent à la « Liste de la collection cédée par M. Klaproth le 9 décembre 1831 ». Au catalogue d’entrée, on trouve une information un peu différente : « 4 juillet 1839, acheté de M. Klaproth, une collection de Cartes géographiques renfermant environ 1613 feuilles et 4 volumes ou cahiers. ». Le Catalogue provisoire de la collection Klaproth mentionne en face du n° 173 « J. Klaproth (calqué par) ». Il s’agit donc de calques de la main de l’orientaliste. Mais quels documents Klaproth a-t-il copié ?

On pourrait dans un premier temps supposer qu’il s’agit d’une copie des calques jésuites envoyés à d’Anville, calques qu’il prétend avoir eu entre les mains. Toutefois, cette hypothèse apparaît peu vraisemblable. Comme on l’a vu, Klaproth affirme avoir acquis 24 calques jésuites : ici, les documents sont infiniment plus nombreux (fig. 3). Par ailleurs, la comparaison entre les calques de la province de Chan-sy et les cartes d’Anville qui réduisent les calques jésuites, sans les modifier profondément, confirme qu’il s’agit de documents différents. Le tracé de l’hydrographie est dissemblable. La toponymie des montagnes n’apparaît pas chez d’Anville. La graphie des noms de lieux diffère.

 

Titre manuscrit/Titre imprimé Cote ms
Province de Pe-tchy-ly Ge DD 2816 (1, 1-17 Res)
Province de Liao-toung Ge DD 2816 (2, 1-11 Res)
Province de Kiang-nan Ge DD 2816 (3, 1-24 Res)
Province de Chan-sy Ge DD 2816 (4, 1-19 Res)
Province de Chan-toung Ge DD 2816 (5, 1-10 Res)
Province de Ho-nan Ge DD 2816 (6, 1-13 Res)
27 feuilles ou fragments de feuilles Ge DD 2816 (7, 1-28 Res)
Province de Tche-kiang Ge DD 2816 (8, 1-11 Res)
Province de Kiang-sy Ge DD 2816 (9, 1-13 Res)
Province de Hou-kuang Ge DD 2816 (10, 1-22 Res)
Province de Szu-tchhouan Ge DD 2816 (11, 1-22 Res)
Province de Fou-kian Ge DD 2816 (12, 1-12 Res)
Province de Kouang-toung Ge DD 2816 (13, 1-13 Res
Province de Kouang-sy Ge DD 2816 (14, 1-12 Res
Province de Yun-nan Ge DD 2816 (15, 1-23 Res)
Province de Kouey-tcheou Ge DD 2816 (16, 1-13 Res)

Fig. 3. Calques dela Chine de la collection Klaproth

Or dans son article sur les cartes de la Description de du Halde, Klaproth écrit :

Malheureusement la transcription des noms chinois et mandchous , en français, fourmillait de fautes dans les calques envoyés dela Chine ; et d’Anville, qui ne pouvait lire les originaux, n’était pas à même de corriger ces fautes souvent très-graves. Il n’est donc pas étonnant que ces fautes se trouvent reproduites dans ses cartes, d’où elles ont passé dans toutes les autres dela Chineet dela Tatarie, qu’on a jusqu’à présent publiées en Europe.

Klaproth semble donc s’être proposé dans ces calques d’adopter des transcriptions plus proches de l’onomastique chinoise, par l’étude de l’atlas original.

Or l’examen des cartes manuscrites de la Chinede la vente Delion, conservées sous la cote Ge CC 1372, suggère une explication différente, comme va le voir. Il paraît probable que Klaproth ait utilisé cette copie du XVIIIe siècle de l’atlas chinois, laquelle était plus soigneusement transcrite en lettres romaines que les calques jésuites transmis à d’Anville.

Les calques de la Chine de la vente Delion (Ge CC 1372) au département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale

Il existe une seconde version des cartes de la Chinesous la cote Ge CC 1372. Datée du XVIIIe siècle, elle est réalisée sur papier huilé. Ces cartes sont rigoureusement identiques aux cartes de Klaproth. Elles proviennent de la vente Delion.

Le catalogue de la collection Delion, au n° 228, indique que ces cartes ont été copiées sur l’atlas chinois qui a servi aux calques jésuites. Par comparaison avec les cartes de d’Anville, l’onomastique est plus abondante et l’orthographe diffère. Il est donc peu probable qu’il s’agisse des calques jésuites confiés au géographe. C’est aussi le constat posé dans l’inventaire du catalogue Delion :

Ge C 14800, n° 228 Carte particulière manuscrite par Districts des 10 provinces des la Chine, calquée sur les originaux chinois avec transcription française des noms, plus la carte des provinces mongoles et les cartes détaillées du cours du Kiang et du Koung –Ho. Ces cartes beaucoup plus détaillées (surtout quant aux noms) que l’Atlas chinois de la description du P. du Halde, proviennent de M. Klaproth. Les dix provinces sont Chan-sy, Chan-toung, Nan-king, Tché-kiang, Ho-nan, Hou-kouang, Kouey-Tcheou, Kiang-sy, Kouangsy, Kouang-Toung. Calqué sur pap huilé.

Dans la mesure où au moins un exemplaire de l’atlas chinois original circulait en Europe (d’Anville en possédait un), il n’est pas impossible que d’autres copies de ces cartes aient été effectuées au XVIIIe siècle avec transcription des noms de lieux. L’origine et l’auteur de ces papiers huilés demeurent pour l’instant inconnus L’inventaire indique simplement que ces papiers appartenaient à Klaproth, ce qui prouve que ce dernier eut tout loisir d’en réaliser une copie (Ge DD 2816).

Ces calques jésuites ne furent pas les seules sources de d’Anville qui eut entre les mains plusieurs originaux chinois, comme on va le voir.

Les plans de villes chinois, sources des plans de la Description de Jean-Baptiste du Halde conservées au département des Estampes et photographie (VH-560-FOL/ Vd Mat 3.5 2058 folio « Extrême-Orient Chine. Généralités. Villes A-N)

Le département des Estampes et photographie dela Bibliothèquenationale possède un recueil de cartes manuscrites destinées à illustrer l’ouvrage de Jean-Baptiste Du Halde, lequel est conservé sous les cotes VH et VD. Il s’agit pour l’essentiel de plans de villes dépourvus d’onomastique.

Ce recueil a été étudié par l’historien de la cartographie Marcel Destombes (1905-1983)[17]. Il s’agit selon lui d’originaux chinois ayant servi à préparer le travail du géographe. Ces papiers n’appartenaient pas à d’Anville. Après leur utilisation, ils sont retournés dans les collections de la compagnie de Jésus. D’après Destombes, ils auraient été envoyés depuisla Chine par le père Antoine Gaubil (1689-1759) :

Il nous semble vraisemblable que les plans des villes furent copiés au palais par des Chinois pour Gaubil pendant cette période qui s’étend de 1727 ou même avant jusqu’en 1730 et envoyés au P. F. Souciet (1673-1739), son correspondant à Paris, pour être finalement remis à Du Halde, alors que le géographe d’Anville avait déjà très avancé l’établissement des cartes de ces volumes.[18]

D’après la correspondance de Gaubil, Marcel Destombes déduit que le père envoie à Paris, le 23 juillet 1725 un plan de Pekin et une description dela Grandemuraille qu’il a lui-même rédigé. A l’époque de Marcel Destombes, ils étaient classés sous la cote Vd Mat 11. Ils ont été par la suite recotés et reliés sous la cote VH 560 – Fol.

Malheureusement, l’ensemble n’est pas complet. A l’occasion d’autres recherches, nous avons retrouvé deux autres de ces cartes sur calque en très mauvais état, sous la cote Vd Mat 3.5 2058 folio « Extrême-Orient Chine. Généralités. Villes A-N ». L’une d’elle est le Plan d’une partie de la grande muraille de Chine, l’autre représente la ville de Siga-nFou. Ces cartes étaient pourtant présentes dans l’ensemble décrit par Destombes

 

D’après Destombes, ces plans de villes sont accompagnés des dessins avant gravure de d’Anville. Ils sont précédés d’une feuille qui porte l’inscription suivante :

Le royaume de la Chineest divisé en deux parties septentrionale et méridionale. Dans la partie septentrionale, à l’orient et vers la mer sont les provinces de Leaton, ou Leotung, Leaotung, Liautum, Leaotum/ Pequin, ou Peking, Pekin, Pekim, Paquin, Pecheli/ Xanton, ou Xantum, Xantung, Xantun, Sciantum/ A l’occident et dans les pays ans les terres sont Xamsi, ou Xansi, Sciansii, Sciansi/ Xemsi, ou Xensi, Sciensi, Sciensii/ Honan, ou Honam. Dans la partie Meridionale, à l’orient et au Midy sur la mer pour les provinces de Nanquin, ou Nagking, Nankin, Nanking, Nanchim et Nankim/ Chequian, ou Aucheo, Chequiang, Chechian, Ciekam/ Fuquien, ou Fokien, Fuchien/Canton, ou Quantung, Quantum, avec l’isle de Haynan, ou Hainan et Aynam/Quansi, ou Quangsi/Quansi/Quamsi/ Yunnon, ou Yunan, Yunnan, Yuhonam. A l’occident et dans les terres sont Chiamsi, ou Kiamsi, Kiangsi/Huquam, ou Huquang, Huquan, Chuquam, Huquham/Suchuen, ou Sicinen, Sucinan/ Quichen, ou Queichen[19]

Je n’ai pas vu dans ce recueil les dessins avant gravure que décrit Destombes, mais je n’ai pu consulter le recueil Vd que sous la forme d’un microfilm, peut-être incomplet. Une vérification serait donc nécessaire.

Ces plans de villes chinoises eurent semble-t-il une postérité importante :

Les plans de ville de d’Anville furent copiés à l’étranger, et d’abord par Thomas Astley à Londres qui en inséra la moitié dans la réédition de sa collection de voyage en 1704, qui parut en 1747 ; ces plans furent gravés par G Child et N. Parr. La même année, Johann Christian Koppe publia à Rostock une traduction allemande de Du Halde sans les cartes mais avec tous les plans de villes ; ceux-ci furent gravés à Berlin par deux graveurs du nom de S. Dorn et Scheven. Enfin, une belle édition en deux volumes parut à Saint Petersbourg, en russe, dans une traduction d’Ignace de Theilo, avec trente-sept plans visiblement copiés de ceux de l’édition allemande. Ils furent gravés à l’Imprimerie du Corps impérial des Cadets nobles du Service de Terre.[20]

Ils furent peut-être la cause du retard éditorial pris l’édition de la Description, ordinairement attribuée aux difficultés rencontrées par d’Anville dans la réduction des cartes[21].

Il nous semble vraisemblable que les plans des villes furent copiés au palais par des Chinois pour Gaubil pendant cette période qui s’étend de 1727 ou même avant jusqu’en 1730 et envoyés au P. F. Souciet (1673-1739), son correspondant à Paris, pour être finalement remis à Du Halde, alors que le géographe d’Anville avait déjà très avancé l’établissement des cartes de ces volumes. Le fait que les plans sont dépourvus de légendes pourrait s’expliquer par la remise tardive des manuscrits à d’Anville et les minutes de celui-ci au graveur, circonstance confirmée par l’absence de références aux plans dans l’ouvrage.[22]

Marcel Destombes note qu’il existe une autre version de ces plans, qu’il date du deuxième tiers du XVIIIe siècle. Il s’agit selon lui d’une « copie chinoise à usage européen[23] ». Il ne serait peut-être pas inutile de consulter cet atlas manuscrit des provinces de Chine et de Tartarie, conservé au British Museum sous la cote Lansdowne MS 1241.

 

Listes des plans chinois sur calque vus par Destombes en 1976 au département des Estampes (cote Vd Mat 11) Plans chinois actuellement repérés et leur cote
Yung-ping fou VH 560 fol.
Long-men hien VH 560 fol.
Yuen keou, Tchin-Se yu, Di-ying keou, Hoang-tou Yin Vd Mat 3.5 2058 folio « Topographie Extrême Orient. Généralités de A. N. » sous-pochette ‘Chine. Généralités. Plans. Cartes’

Sera peut-être recoté en VH 560 format 4

Tchin-ting fou VH 560 fol.
Nankin VH 560 fol.
Sou-tcheou fou VH 560 fol.
Kouen-chan hien VH 560 fol.
Tsi-ki hien VH 560 fol.
Wou-si hien VH 560 fol.
Kia-ting hien VH 560 fol.
Tchang-tcheou hien VH 560 fol.
Tsing-pou hien VH 560 fol.
Hang-tcheou fou VH 560 fol.
P’ing-hou hien VH 560 fol.
Hou-tcheou fou VH 560 fol.
Hia-hing fou VH 560 fol.
Ku-tcheou fou VH 560 fol.
Young-Tcheou fou VH 560 fol.
Vou-tcham-fou VH 560 fol.
Hoang-tcheou-fou VH 560 fol.
Siang-yang fou VH 560 fol.
Si-ngan-fou « quartier des Tartares » Vd Mat 3. 5 2058 folio « Topographie Extrême Orient. Généralités de A. N. » sous-pochette ‘Chine. Généralités. Plans. Cartes’

Sera peut-être recoté en VH 560 format 4

Tchouang-lang VH 560 fol.
Can-Tcheou VH 560 fol.
Can-Tcheou, Si-ngan fou « Ou demeure de premier general de trouppes qui guardent la grande muraille » VH 560 fol.
King-tcheou, P’ing-liang VH 560 fol.
Cou-youen tcheou, P’ing-liang

« Plan du tribunal du tsiang-kun »

VH 560 fol.
Yun-nan fou VH 560 fol.
Nan-tchang fou VH 560 fol.
Kia tcheou, P’ing-liang VH 560 fol.
Kouei-yang fou VH 560 fol.
P’ing-youen fou VH 560 fol.
P’ou-ngan tcheou, Kouei-yang VH 560 fol.
Tchin-yuen fou VH 560 fol.

 

Fig. Comparaison entre les manuscrits chinois répertoriés par Destombes et ceux actuellement repérés au département des Estampes et de la photographie

Les minutes des plans de ville illustrant la Description de la Chine de Jean-Baptiste Du Halde de la main de d’Anville (cote Vd Mat 3. 5 2058 folio « Topographie Extrême Orient. Généralités de A. N. » sous-pochette ‘Chine. Généralités. Plans. Cartes’)

L’article de Marcel Destombes, « Les originaux chinois des plans de ville publiés par J. B. du Halde », ne mentionne pas seulement la présence de plans chinois, mais aussi de manuscrits avant gravure de la main de d’Anville. Ces manuscrits on été réalisées à partir des plans chinois manuscrits, conservés au département des Estampes et de la photographie et mentionnés ci-dessus :

Au mois de ma dernier, examinant au Département des Estampes le contenu d’un dossier de cartes chinoises que nous avions entr’aperçu il y a quelques années en travaillant sur les cartes de Lafreri, nous avons découvert une série de trente-quatre plans de villes chinoises coloriés et dessinés au pinceau sur des feuilles de papier de Chine. Ces plans, sauf un seul, étaient dépourvus de caractères chinois mais portaient tous dans le haut un titre en français, d’une écriture du XVIIIe siècle donnant le nom des villes et de leur province. Ils étaient accompagnés de planches manuscrites non signées, mais de l’écriture caractéristique de d’Anville, qui étaient évidemment les minutes originales des planches gravées correspondantes de l’ouvrage de Du Halde dont le nom était d’ailleurs porté sur ces feuilles. Une comparaison des plans sur papier de Chine avec les planches de Du Halde montrait une correspondance parfaite entre les trois séries de documents. Nous avions donc affaire aux originaux chinois ayant servi[24][1]

D’après Destombes, les plans d’origine chinoise et les manuscrits d’Anville étaient donc rangés ensemble. Il indique D’après Destombes, qui avait pris connaissance de ce numéro d’inventaire, le catalogue indique simplement « à la pièce 211, la mention de cartes, documents ; portefeuilles et volumes acquis en 1763 du Frère Porcher.[25][2] »

la cote Top. Vd. Mat. 11 (sans indication de format) qui n’existe plus au département des estampes (à vérifier). Le Méthodique, qui est un fichier de transfert de cote, n’indique rien en Vd Mat. 11[26]. Les plans d’origine chinoise ont été reversés en VH 560 fol. et en Vd 29 format 6. J’ai pu consulter les documents originaux. Malheureusement, je n’ai pas trouvé trace des minutes de d’Anville.

Afin de vérifier si les minutes de la main de d’Anville n’avaient pas été reversées dans le catalogue des cartes et plans (ou si l’une d’elle était cataloguée sans nom d’auteur dans le fond des estampes), j’ai recherché dans le catalogue général (recherche par mot, pour obtenir le plus de résultats possibles) le nom de toutes les villes dont on trouve un plan dans la Description de la Chine de Du Halde (voir tableau suivant). Cette recherche exhaustive n’a donné aucun résultat.

Anne Gall, dans son Inventaire des collections d’albums, d’estampes, de peintures chinoises du département des estampes, 1990, indique que les plans chinois [autrefois rangés avec les minutes de d’Anville] sont entrés sous le n° Inv. 2865. Son Inventaire ne mentionne pas d’autres plans de villes manuscrits. Les seuls documents qu’elle mentionne en rapport avecla Description de Du Halde sont conservés sous les cotes Oe 1, 1a, 1b, 1c pet. Fol. Or la consultation des originaux confirme qu’il ne s’agit que d’une édition imprimée de Du Halde.

Au département des Estampes et de la photographie, les documents concernantla Chinesont désormais classés sous la cote Vd 27 fol. Mais la consultation des microfilms correspondants n’a rien donné.

J’ai donc compulsé (d’abord dans les Microfilms, puis en demandant les originaux), toutes les cotes concernantla Chined’après le catalogue : Vd 31 (1) FT 4 (voir original), Vd 27 fol, puis Vd 3.5 pet. Fol., puis Vd 3.5 folio.

Les minutes manuscrites de d’Anville sous forme de 6 planches ont finalement été retrouvées sous la cote sous la cote Vd Mat 3. 5 2058 folio « Topographie Extrême Orient. Généralités de A. N. ».

VH 560 fol.
Vd 29 format 6
Vd 27 fol.
Oe 1, 1a, 1b, 1c pet. Fol
Vd 31 (1) FT 4
Vd3.5 apet. Fol Topographie 3311
Vd3.5 apet. Fol Topographie 3312
Vd3.5 apet. Fol Topographie 3313
Vd 3.5   2057 folio
Vd 3.5   2058 folio

 

Fig. Cotes consultées pour retrouver les manuscrites de Jean-Baptiste d’Anville

 

Il est apparu qu’un certain nombre de cartes gravées de d’Anville sont conservées aux estampes.

 

Carte de : Yong-Tchéou-Fou

Vou-Tchang-Fou

Hoang-Tchéou-Fou

Vd mat. 3.5 Topo 3311 (pet fol)

Sous-pochette (topographie dela Chine)

Carte de : Vusihyen

Hou-Tcheou-Fou

Vd mat. 3.5 Topo 3311 (pet fol)

Sous-pochette (topographie dela Chine)

Carte de : Ian-Tcheou

Can-Tcheou

Tchin-Ywen-Fou

Vd mat. 3.5 Topo 3311 (pet fol)

Sous-pochette (topographie dela Chine)

Carte de : Si-ngan-Fu

Tchouang-Lan

Vd mat. 3.5 Topo 3311 (pet fol)

Sous-pochette (topographie dela Chine)

Carte de : Hang Tcheou Fou Vd mat. 3.5 Topo 3313 (pet fol)

Sous-pochette (topographie dela Chinede A à H)

Carte de : Nan-King

Su-Tcheou-Fou

Vd mat. 3.5 Topo 3313 (pet fol)

Sous-pochette (topographie dela Chinede J à N)

Carte de : Pekin Vd mat. 3.5 Topo 3313 (pet fol)

Sous-pochette (topographie dela Chinede O à R)

 

Fig. Cartes gravées de plans de villes chinois de Jean-Baptiste d’Anville conservés au département des Estampes et de la photographie

 

 

 

 

Tableau des villes de Chine cartographiées par d’Anville, dont Destombes affirme avoir retrouvé les minutes manuscrites Cotes actuelles
Villes de la Province de Petche-li (t. I, p. 112, noté p. 260) Peking

Yung-Ping-Fou

Long-Men-Hien

YYuen-Keou

Tching-Sse-Yu

Si-Yang-Keou

Houang-Tou-In

Tching-Ting-Fou

Planche ms jamais entrée dans les collections dela BnF.

Voir Marcel Destombes, « Les originaux chinois des plans de ville publiés par J. B. du Halde », p. 89.

Villes de la Province de Kiang-Nan (t. I, p. 128) Nan-King

Sou-Tcheou-Fou

Koen-Chan-Hien

Tsi-Ki-Hien

Vou-Si-Hien

Kia-Ting-Hien

Chang-Chou-Hien

Tsing-Pou-Hien

Planche ms jamais entrée dans les collections dela BnF.

Voir Marcel Destombes, « Les originaux chinois des plans de ville publiés par J. B. du Halde », p. 89.

Villes de la Province de Hou-Quang (t. I, p. 184) […]ong-Tcheou-Fou

Vou-Tchang-Fou

Hoang-Tcheou-Fou

Siang-Yang-Fou

Dep Estampes

Vd Mat 3.5 2058 folio « Topographie Extrême Orient. Généralités de A. N. » sous-pochette ‘Chine. Généralités. Plans. Cartes’

Villes de la Province de Tche-Kiang (t. I, p. 174) Hang-Tcheou-Fou

Ping-Hou-Hien

Hou-Tcheou-Fou

Hia-Hing-Fou

Ku-Tcheou-Fou

Dep Estampes

Vd Mat 3.5 2058 folio « Topographie Extrême Orient. Généralités de A. N. » sous-pochette ‘Chine. Généralités. Plans. Cartes’

Carte particulière de la ville de Canton (t. I, p. 222) Canton Dep Estampes

Vd Mat 3.5 2058 folio « Topographie Extrême Orient. Généralités de A. N. » sous-pochette ‘Chine. Généralités. Plans. Cartes’

Villes de la Province de Chensi (t. I, p. 208) Si-ngan-Fou

Tchouang-Lax ( ?)

Lan-Tcheou

Can-Tcheou

King-Tcheou

Cou-Yuen-Tcheou

Dep Estampes

Vd Mat 3.5 2058 folio « Topographie Extrême Orient. Généralités de A. N. » sous-pochette ‘Chine. Généralités. Plans. Cartes’

Villes de la Province de Yunnan/ Province de Fo-Kien/Province de Kiang-si/ Province de Chansi (t. I, p. 244) …n-Nan-Fou

Ta-Li-Fou

Kien-Ning-Fou

Tchang- Taei( ?)-Hien

Nan-Tchang-Fou

Kia-Tcheou

(Les deux villes de la province de Fou-Kien étaient déjà manquantes à l’époque de Destombes)

Dep Estampes

Vd Mat 3.5 2058 folio « Topographie Extrême Orient. Généralités de A. N. » sous-pochette ‘Chine. Généralités. Plans. Cartes’

Villes de la province de Koei-Tcheou (t. I, p. 256) Koei-Yang-Fou

Ing-Yuen-Fou

Pou-Ngan-Tcheou

Tchin-Yuen-Fou

Dep Estampes

Vd Mat 3.5 2058 folio « Topographie Extrême Orient. Généralités de A. N. » sous-pochette ‘Chine. Généralités. Plans. Cartes’

Fig. Tableau des villes de Chine cartographiées par d’Anville, dont Destombes affirme avoir retrouvé les minutes manuscrites


[1] Henri Cordier, « Du Halde et d’Anville (cartes de la Chine) », Recueil de mémoires orientaux : textes et traductions publiés par les professeurs de l’Ecole spéciale des langues orientales vivantes à l’occasion du XVIe congrès international des orientalistes réunis à Alger, Paris, Leroux, 1905, p. 391-400.

[2] Marcel Destombes, « Les originaux chinois des plans de ville publiés par J. B. du Halde », in Joseph Dehergne, Archives des jésuites, Actes du colloque international de sinologie, Paris, Belles lettres, 1976, p. 86.

[3] Louis de Manne, Notice des ouvrages de M. d’Anville, Paris, Fuch et Demanne, 1802, p. 81.

[4] Julius von Klaproth, Mémoires relatifs à l’Asie, Paris, Librairie orientale, 1826, p. 312-314.

[5] Louis de Manne, op. cit., p. 81 et 84.

[6] Marcel Destombes, op. cit., p. 87.

[7] Ibid.

[8] Julius von Klaproth, Mémoires relatifs à l’Asie, Paris, Librairie orientale, 1826, p. 312-314.

[9] Henri Cordier, « Un orientaliste allemand : Jules Klaproth », Comptes rendus des séances de l’année 1917, Académie des Inscriptions et Belles-lettres, Paris, Auguste Picard, 1917, p. 297-309.

[10] Lettre de Silvestre de Sacy à Serge Semenovich Ouvarov, Paris, le Ier février 1817, in Henri Cordier, op. cit., p. 304.

[11] Lettre de Serge Semenovich Ouvarov à Silvestre de Sacy à Saint-Pétersbourg, les 14-26 Mars 1817, in Henri Cordier, op. cit., p. 305.

[12] Lettre de Silvestre de Sacy à Serge Semenovich Ouvarov, Paris, le Ier février 1817, in Henri Cordier, op. cit., p. 307-308.

[13] Lettre de Serge Semenovich Ouvarov à Silvestre de Sacy à Saint-Pétersbourg, les 14-26 Mars 1817, in Henri Cordier, op. cit., p. 304.

[14] Lettre de Serge Semenovich Ouvarov à Silvestre de Sacy à Saint-Pétersbourg, le 4 août 1817, in Henri Cordier, op. cit., p. 306-307.

[15] Julius von Klaproth, Mémoires relatifs à l’Asie, Paris, Librairie orientale, 1826.

[16] Planches de l’atlas de Kangxi annotées par Klaproth et conservées au département des Cartes et plans : Ge CC 4461 (1-13 Rés).

[17] Marcel Destombes, « Les originaux chinois des plans de ville publiés par J. B. du Halde », in Joseph Dehergne, Archives des jésuites, Actes du colloque international de sinologie, Paris, Belles lettres, 1976, p. 85-97. [cote au département des Cartes et plans dela Bibliothèque nationale : Ge F pièce 11715]

[18] Marcel Destombes, op. cit., p. 90.

[19] VH-560-FOL.

[20] Marcel Destombes, op. cit., p. 93.

[21] Isabelle Landry-Deron, La preuve par la Chine.

[22] Marcel Destombes, op. cit., p. 90.

[23] Marcel Destombes, op. cit., p. 90 n° 20.

 

 

[26] Je remercie à cette occasion Barbara Brejon de Lavergnée, attachée de conservation, de m’avoir permis de le consulter.

Gravelot cartographe?

À la mort de son jeune frère, en 20 avril 1773, Jean-Baptiste d’Anville rédige en son honneur un éloge posthume, publié dans le Nécrologe des hommes célèbres de France en 1774. À cette occasion, il mentionne les quelques activités cartographiques d’Hubert-François Gravelot :

« Revenu à Paris, & y menant une vie dissipée, avec un gout dominant pour les pièces de théâtre, le père, qui avait l’honneur d’être connu de M. le Chevalier de la Rochalard, prêt à s’embarquer en qualité de Gouverneur-général de Saint-Domingue, lui remit son fils, bien pourvu du nécessaire pour un temps, & qui fut recommandé en arrivant à M. Frézier, ingénieur en chef de la Colonie. Un talent, qui ne paraîtra point extraordinaire dans le frère de M. d’Anville, le fit d’abord employer au dessein d’une carte de l’Isle entière de Saint-Domingue, qui a été rendue publique par la gravure[1]. »

Hubert Bourguignon, futur Gravelot, embarque donc en décembre 1723, à la suite de Gaspard-Charles de Goussé, Chevalier de La Rochalard, lequel a reçu comme mission de rétablir l’ordre à Saint Domingue. Une fois arrivé, Gravelot assiste l’ingénieur en chef Amédée François Frézier (1682-1773) dans la cartographie de l’île de Saint Domingue. La carte sur laquelle il a travaillé est sans doute l’Isle de S. Domingue et débouquemens voisins (1724), signée par Frézier.

Amédée, Frézier, Isle de S. Domingue et débouquemens voisins, 1724. BnF Cpl GE DD- 2987 (9001)

 

 

La nature du travail qui lui est attribué n’est pas connue avec certitude : a-t-il participé au levé ou à la mise au net de la carte comme le suggère le mot « dessein » ? Les travaux consacrés à Frézier ne permettent pas de le préciser : Gravelot n’y est d’ailleurs pas mentionné[2].

Gravelot ne peut pas être considéré comme géographe pour avoir participé à une seule carte, mais nul doute que cette expérience l’ait familiarisé avec les difficultés inhérentes à la représentation du territoire.

On peut également supposer qu’à son retour en France, en 1729, Gravelot ait servi d’informateur à d’Anville. Ce dernier publie dès 1730 une Carte de l’isle de Saint-Domingue avec partie des isles voisines dressée sur la dernière carte de Mr. Frézier.

Jean-Baptiste d'Anville, Carte de l'isle de Saint-Domingue avec partie des isles voisines, 1730. BnF Cpl GE DD- 2987 (9004)

La correspondance entre les deux frères prouve que le cadet montrait de l’intérêt pour les travaux cartographiques de son aîné et n’hésitait pas à lui envoyer les documents qui lui étaient nécessaires quand il les avait à sa disposition.


[1] Jean-Baptiste d’Anville, « Éloge de M. Gravelot », Le Nécrologe des hommes célèbres de France par une société de gens de lettres, Paris, Desprez, p. 133.

[2] Émilie d’Orgeix, « Amédée Frézier et la cartographie de Saint-Domingue durant la première moitié du XVIIIe siècle », Le Monde des cartes, n° 180, 2002, p. 7-16.

Le rôle de l’école dans la carrière de Jean-Baptiste d’Anville (1697-1782)

Le Collège Mazarin, ou Collège des Quatre nations, au XVIIIe siècle

 

Etude présentée à l’occasion de la 25e conférence cartographique internationale (ICC), qui s’est tenu à Paris, au Palais des Congrès, en juillet 2011 Continuer la lecture de Le rôle de l’école dans la carrière de Jean-Baptiste d’Anville (1697-1782)