D’Anville et la carte de la Moldavie

Dans son article, « Autour de la carte de la Moldavie par Démètre Cantémir » (voir ici) [1], Vlad Alexandrescu se propose de retracer l’histoire d’une carte, celle de la Principatus Moldaviae nova & accurata descriptio (1737).

La genèse ou l’élaboration du document achevé n’est pas l’objet de cette étude. Le lecteur n’apprendra ici que peu de choses sur les modalités matérielles de la construction de cette carte de Moldavie, si ce n’est qu’elle a été dressée par le prince Démètre Cantémir à l’époque où « il gouvernait la Moldavie en qualité de Hospodar[2] », c’est-à-dire en tant que « monarque ». Quelles sont les circonstances d’élaboration de la carte? Pourquoi n’a-t-elle pu être publiée dans son pays d’origine? Ces questions ne sont pas explicitement évoquées.

Le destin éditorial et intellectuel de cette carte une fois achevée, voilà à quoi l’auteur s’attache plutôt. Ce destin, comme souvent pour les cartes manuscrites, est paradoxal et incertain. Le contenu géographique, tant qu’il est inédit, a suffisamment de valeur pour faire l’objet, comme c’est le cas ici, d’une tentative d’espionnage. Il est toutefois insuffisamment lucratif pour susciter l’intérêt des imprimeurs. Antiochus Cantémir, son fils, doit faire appel à ses plus puissants appuis pour faire publier l’oeuvre de son père.

 

Quant à la réception de la carte de Cantémir, elle est essentiellement traitée à travers sa réutilisation par le géographe Jean-Baptiste d’Anville[3]. Entre 1738 et 1744, celui-ci consulte le manuscrit, lequel lui a été communiqué par Antiochus Cantémir lui-même, alors ambassadeur de Russie auprès du roi de France. Cet exemple confirme la régularité des relations que d’Anville parvient à nouer dans le milieu diplomatique, sans doute grâce à ses protecteurs princiers.

 

Enfin, de la carte de Cantémir elle-même, d’Anville use comme de la plupart de ses sources cartographiques. Il la copie en n’en conservant que l’essentiel à ses yeux, la compare et la mêle avec d’autres sources. Enfin, il s’en sert pour identifier les toponymes anciens avec les modernes. La consultation des notes géographiques de d’Anville conservées au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France sous les cotes NAF 6502 et 17381 permettrait peut-être d’approfondir la question.

 

Grâce à d’Anville, alors considéré comme un géographe de référence, l’incidence du manuscrit de Cantémir sur les représentations de l’Europe occidentale va être considérable. Le document permet en effet au savant français de remodeler sa Troisième partie de la carte d’Europe (1761), consacrée à l’Europe orientale, jusqu’alors cartographiée de manière très fautive selon lui. Une nouvelle image de l’Europe de l’Est se diffuse alors auprès du public.


[1] Vlad Alexandrescu, « Autour de la carte de la Moldavie par Démètre Cantémir », Revue des Etudes Sud-Est-Européennes (Bucarest), tome XLIX, 2011, Nos 1-4, janvier-décembre, p. 139-188. Nous remercions Vlad Alexandrescu, professeur à l’Université de Bucarest, pour nous avoir transmis son article et pour nous autoriser à le diffuser sur le présent carnet de recherches. Contact : valexandrescu@gmail.com

[2] Jean-Baptiste d’Anville, « Mémoire sur les peuples qui habitent aujourd’hui la Dace de Trajan », Mémoires de littérature tirés des registres de l’Académie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres depuis l’année 1758, jusques & compris l’année 1760, tome 30, Paris, Imprimerie Royale, 1764, p. 261.

[3] Vlad Alexandrescu, op. cit., p. 173-182.