L’Archive du mardi 21#: un « plan d’affaire prévisionnel » et une étude de marché de la carte au XVIIIe siècle

Le Mémoire sur un projet de géographie de la main de Jean-Baptiste d’Anville constitue sans conteste une archive précieuse pour l’histoire de la cartographie (et de l’édition des cartes) dont il existe peu d’exemples[1].

Par ce mémoire, d’Anville espère convaincre un imprimeur-éditeur d’entamer l’édition au long-cours d’un atlas en feuilles constitué de 16 cartes. Conscient du caractère essentiellement commercial de la profession, il met de côté les arguments scientifiques favorables à cette publication pour en souligner les aspects lucratifs.

Pour gagner l’adhésion de l’éditeur-imprimeur, d’Anville va présenter son travail comme pur objet de profit dans un mémoire qui correspond assez à ce qu’on appellerait aujourd’hui une étude de marché et à un « plan d’affaire ». Le premier aspect intéresse l’historien curieux de la réception des cartes, le second, le spécialiste de leur économie.

On y apprend dans le détail combien coûte une planche de cuivre, sa gravure, l’encre, le prix du papier selon sa qualité, mais aussi combien de feuilles peut-on tirer avec une planche. D’Anville ne promet rien de moins qu’un profit de 114 000 livres, une somme considérable pour l’époque (l’équivalent de l’achat d’un hôtel particulier parisien au début du XVIIIe siècle).

Quant aux acheteurs, ils semblent nombreux, puisque les cartes des prédécesseurs de d’Anville sont épuisés, et renouvelables, puisque la carte est un produit alors périssable.

Le cartographe qui fait commerce de son art serait donc un homme qui s’enrichit.

Mais sans doute, ce document est-il à interpréter avec précaution. Il va de soi qu’un « plan d’affaire » vise toujours à présenter un projet sous l’angle le plus avantageux. Car le mémoire de d’Anville ne parait pas avoir convaincu un professionnel. La liste de cartes qu’il se propose de réaliser correspond assez bien à la liste des cartes qui sont vendues à la fin de sa vie, sous le titre « Cartes géographiques de M. d’Anville[2] ». Or ces cartes ont été pour la plupart gravées grâce au patronage généreux du duc d’Orléans, s’élevant à 22 000 L. Le coût élevé de la gravure et donc des dons du duc ont nourri la renommée du savant : la rumeur les évaluait à des montants extraordinaires[3]

REM : d’autres documents relatifs au commerce de la carte sont aussi consultables sur le site.

– Les documents classés sous la rubrique « contrat »

– Un certain nombre de documents issus des archives départementales de l’Orne, Fonds de la Société historique et archéologique de l’Orne, coté 252J224.

*« Estimation des livres provenant de la bibliothèque de feu M. Danville, faite par Nyon le Jeune, libraire, quai des 4 nations, parroisse (sic) St Sulpice, ce 7 mars 1782 ». Voir ici

* « Ouvrage à imprimer incessamment, in 4°, format et caractere des volumes des Académies » (Titre sur le document). Voir ici

* « Demande de correction pour l’ouvrage intitulé l’Euphrate ». Voir ici

– Lettre de d’Anville à Mestre (après 1772), dans la rubrique « correspondance » : mentionne le coût de la correction d’une carte. Voir ici

– A l’intendant général des finances, dans la rubrique « correspondance » : lettre relative à la publication de l’ensemble des mémoires de d’Anville paru à l’académie des Belles-lettres (alors épuisés) et à la publication de l’Antiquité géographique de l’Inde (qui paraît finalement en 1775). Voir ici

– Annonce du journal de Paris. 14 août 1782, « Avis concernant les cartes géogr. et autres ouvrages de feu M. d’Anville », Coll. de 10 000 à 12 000 cartes dont plus de 500 ms. « Le Sr Demanne, qui les débitoit depuis 15 ans aux Galeries du Louvre chez M. d’Anville et sous ses yeux, continuera à les débiter comme à l’ordinaire et au même prix » (dem. rue de l’Ortie face aux Galeries). Détail des cartes : 11 cartes de géogr. Ancienne, 16 cartes de géogr. moderne, 10 ouvrages et mémoires (pas d’Atlas au sens strict)(rem : avis identique à ceux répertoriés dans « contrats »). Archives nationales AN, Marc C/7/6 dossier d’Anville. Non numérisé


[1] Le document est conservé dans les archives départementales de l’Orne, Fonds de la Société historique et archéologique de l’Orne, coté 252J224.

[2] Voir « J.-B. d’Anville as Armchair Mapmaker: The Impact of Production Contexts on His Work », Imago Mundi 63:1 2011, p. 100-105. Les reproductions du document sont également disponibles ici, sous le nom de « liste de prix ».

[3] Jean-Baptiste d’Anville, Mémoire de M. d’Anville dans lequel, indépendamment de quelques articles qui sont personnels, il traite de plusieurs points très-intéressans pour le fond de la géographie, s. l., vers 1780, p. 8-9. Voir ici

L’Archive du mardi 20#: quatre documents relatifs au projet de cession de la collection

 

Le fonds d’Anville des archives départementales de l’Orne (coté SHAO 252J224) contient quatre documents utiles pour retracer l’histoire de la cession de la collection au roi.

Ici, les mémoires se proposent de démontrer pourquoi il serait utile à l’Etat d’acquérir la collection du géographe.

 

Les quatre documents sont :

1° « Mémoire dans lequel on propose de former une collection de cartes géographiques pour la Bibliothèquedu roi » Numérisé ici

2° [Projet de cession de la collection] Numérisé ici

3° [Projet de cession de la collection (avec éléments biographiques)] Numérisé ici

4° Minute de lettre relative au projet de cession de la bibliothèque Numérisé ici

 

Note : ces documents ont déjà été mis en ligne, simultanément sous l’onglet « notes géographiques » et l’onglet « Etat civil, administration, académies, divers »

L’Archive du mardi 19#: Jean-Baptiste d’Anville pédagogue

L’enseignement est l’un des moyens dont le jeune géographe dispose pour gagner sa vie, mais aussi pour augmenter son capital social.

En 1719, Jean-Baptiste d’Anville devient ainsi  l’un des professeurs de géographie de Louis XV (avec Guillaume Delisle), grâce au soutien de Louis Dufour de Longuerue, lui-même professeur d’histoire du jeune roi. Probablement dans les années 1740, il enseigne la géographie au duc de Chartres, fils de Louis d’Orléans (1703-1752).

Ces leçons ont fait l’objet de cours, dont certains ont été imprimés (Notice de l’ancienne Gaule dédiée à S. A. S. Monseigneur le duc de Chartres et la plupart des cartes publiées sous les auspices du duc d’Orléans).

Mais l’essentiel de ces leçons, quant elles sont spécifiquement géographiques notamment, est demeuré manuscrit.

Cette littérature pédagogique est conservée aux Archives départementales de l’Orne, Fonds de la Société historique et archéologique de l’Orne , cote 252J224)

Elle comprend notamment des leçons de géographie sous forme de dialogue (Entretien sur la géographie) et des explications géométriques (Sur la division du cercle, Nouveaux éléments de géographie (extraits))

On y trouve également un mémoire explicatif, relatif à une carte du monde faite pour Louis XV par ordre du Régent. Ce document concerne donc directement l’éducation du prince: Détermination géographique de la situation et de l’étendue des différentes parties de la terre

Ces documents sont disponibles en cliquant sur les liens

 

Notons enfin que l’activité pédagogique de d’Anville fut diverse puisqu’il donna aussi des cours publics[1] et fut le maître d’au moins deux disciples, P. C. A Helle[2] et Jean-Denis Barbié du Bocage.


[1] 8 octobre 1753 :« D’Anville avertit le public qu’il donnera un cours suivi de math., arithmétique, géométrie, astronomie, géographie et hydrographie gratuitement 2 fois par semaine le mardi et le jeudi 3h30-5h, rue neuve de Richelieu » (Archives nationales AN, Marc C/7/6 dossier d’Anville)

[2] Malgré nos recherches, nous n’avons pu retrouver les prénoms d’Helle [ou Hellé] pour le moment. Deux documents conservés au département des Manuscrits témoignent de leur collaboration: NAF 25246 f. 1-68 et NAF 25246 f. 69-222