L’Archive du mardi 19#: Jean-Baptiste d’Anville pédagogue

L’enseignement est l’un des moyens dont le jeune géographe dispose pour gagner sa vie, mais aussi pour augmenter son capital social.

En 1719, Jean-Baptiste d’Anville devient ainsi  l’un des professeurs de géographie de Louis XV (avec Guillaume Delisle), grâce au soutien de Louis Dufour de Longuerue, lui-même professeur d’histoire du jeune roi. Probablement dans les années 1740, il enseigne la géographie au duc de Chartres, fils de Louis d’Orléans (1703-1752).

Ces leçons ont fait l’objet de cours, dont certains ont été imprimés (Notice de l’ancienne Gaule dédiée à S. A. S. Monseigneur le duc de Chartres et la plupart des cartes publiées sous les auspices du duc d’Orléans).

Mais l’essentiel de ces leçons, quant elles sont spécifiquement géographiques notamment, est demeuré manuscrit.

Cette littérature pédagogique est conservée aux Archives départementales de l’Orne, Fonds de la Société historique et archéologique de l’Orne , cote 252J224)

Elle comprend notamment des leçons de géographie sous forme de dialogue (Entretien sur la géographie) et des explications géométriques (Sur la division du cercle, Nouveaux éléments de géographie (extraits))

On y trouve également un mémoire explicatif, relatif à une carte du monde faite pour Louis XV par ordre du Régent. Ce document concerne donc directement l’éducation du prince: Détermination géographique de la situation et de l’étendue des différentes parties de la terre

Ces documents sont disponibles en cliquant sur les liens

 

Notons enfin que l’activité pédagogique de d’Anville fut diverse puisqu’il donna aussi des cours publics[1] et fut le maître d’au moins deux disciples, P. C. A Helle[2] et Jean-Denis Barbié du Bocage.


[1] 8 octobre 1753 :« D’Anville avertit le public qu’il donnera un cours suivi de math., arithmétique, géométrie, astronomie, géographie et hydrographie gratuitement 2 fois par semaine le mardi et le jeudi 3h30-5h, rue neuve de Richelieu » (Archives nationales AN, Marc C/7/6 dossier d’Anville)

[2] Malgré nos recherches, nous n’avons pu retrouver les prénoms d’Helle [ou Hellé] pour le moment. Deux documents conservés au département des Manuscrits témoignent de leur collaboration: NAF 25246 f. 1-68 et NAF 25246 f. 69-222