L’Archive du mardi 23#: D’Anville et la cartographie de terrain (le cas du diocèse de Lisieux)

Au début du XVIIIe siècle, la cartographie est encore une science qui s’appuie souvent sur les approximations de la vue et des transcriptions d’heures de chemin en distances. Les mesures astronomiques restent limitées. Quant à la méthode de la triangulation, qui exploite de manière pratique le théorème géométrique selon lequel on peut déduire de la longueur d’un côté d’un triangle et de deux de ses angles, la longueur de ses deux autres côtés, elle exige un financement et une main-d’oeuvre qualifiée abondante, autrement dit des conditions qui peinent à être réunies. À cette époque, cette technique n’est encore utilisée que pour des zones limitées, comme les environs de Paris.

Or en 1707, François Chevalier (16..-1748), associé géomètre à l’académie des Sciences, conçoit une méthode de collecte d’informations cartographiques très exactes à moindre frais qui n’exige pas de compétences géométriques. Pour ce faire, il propose de tracer ce qu’il appelle un « châssis », qui n’est autre qu’un dessin représentant une série de cercles concentriques divisés en degrés, orientés selon les amplitudes. Sa méthode est précisément décrite par Bernard Le Bouyer de Fontenelle et rapportée dans l’Histoire de l’Académie royale des sciences[1].

Pour cette opération, qui demande malgré tout des ressources humaines assez importantes, les ecclésiastiques apparaissent à Chevalier comme la main-d’oeuvre toute indiquée :

Un évêque qui aurait quelque inclination pour les sciences feroit lever de cette manière la carte de son pays par ses curés, qui à peine s’apercevroient eux-mêmes qu’ils feroient des opérations géométriques[2].

C’est au géographe Jean-Baptiste d’Anville qu’il revient d’avoir mettre ce projet à exécution pour dresser vers 1720 une carte selon ce procédé. Gageons que François Chevalier l’y a lui même encouragé : celui-ci est le professeur de mathématiques du jeune Louis XV, au moment où d’Anville est son professeur de géographie[3].

Le cartographe, alors à peine âgé de 23 ans, se propose de réaliser une carte du diocèse de Lisieux, à l’instigation de l’évêque Henri Ignace de Brancas. À cet effet, il envoie aux curés du diocèse un châssis ainsi qu’une notice explicative, intitulée Mémoire instructif pour faire la carte. Le jeune géographe s’attelle ensuite, selon le même principe, à une carte du diocèse de Blois, puis plus tard, vers 1745, joue un rôle dans celle de la généralité de Soissons.

Archétype du géographe de cabinet, on imagine volontiers Jean-Baptiste d’Anville n’avoir jamais travaillé autrement que par compilation de sources préexistantes, et ne s’être intéressé à la géographie moderne que de manière secondaire par rapport à la géographie ancienne. Pourtant, comme le montre les exemples des cartes des diocèses de Lisieux et de Blois, il a aussi pratiqué la coordination d’un travail cartographique de terrain (auquel il n’a certes participé qu’indirectement), depuis son organisation en amont, jusqu’à la synthèse des sources en aval. Si ces travaux occupent essentiellement sa vingtaine, il continue à publier sur le sujet jusqu’à la fin des années 1740. Cet aspect occupe donc selon nous une place importante, et souvent ignorée, dans la carrière savante du géographe.

Les sources

Bibliographie

François de Dainville, Cartes anciennes de l’Église de France, Paris, Vrin, 1956, 323 p. ici

L’ouvrage développe le travail de d’Anville sur Lisieux et Blois, tout en le re-contextualisant. Il rappelle notamment que François Chevalier fut l’inventeur de la méthode dite du « châssis ». Toutefois, François de Dainville ne semble pas avoir eu accès aux manuscrits témoignant de la correspondance entre les curés et d’Anville et n’utilise pas tous les mémoires imprimés, autant de sources dont l’étude pourrait fournir une lecture plus intime de ce travail « quasi » de terrain.

Archives

* Mémoires imprimés (publiés dans les recueils des académies des Inscriptions ou des Sciences)

Mémoire instructif, pour que, dans toutes les paroisses d’un diocèse, il soit dressé en même temps et uniformément, par une méthode aisée à pratiquer, des cartes et des mémoires particuliers qui puissent fournir un détail suffisant pour la carte générale de ce diocèse, ou d’une province, 1732. (Non numérisé, BnF, Tolbiac, VP- 527)

Mémoire instructif, pour dresser sur les lieux des cartes particulières et topographiques d’un canton de pays renfermant dix ou douze paroisses, 1743. (Non numérisé, BnF, Tolbiac, VP- 525)

Mémoire dressé par ordre de Meliand, intendant de la généralité de Soissons, pour parvenir à dresser une carte exacte de cette généralité, Paris, Veuve Courtois, 1745. (Non numérisé, BnF, Tolbiac, VP- 521)

– Ces trois mémoires sont accompagnés de Plan de carte ou chassis, pour dresser des cartes particulières sur les lieux, 1732

Carte topographique du diocèse de Lizieux, vers 1723, ici. La version manuscrite de cette carte est conservée au département des Cartes et plans, sous la cote Ge D 10468, ici.

* Cartes manuscrites

Cartographie manuscrite relative à Lisieux conservée dans la « collection des oeuvres de d’Anville » dite « collection Cortambert » : Ge D 10449 à Ge D 10494. Exemple ici

* Manuscrits

– Notice des manuscrits de d’Anville

(BnF, département des Manuscrits, NAF 22186 f. 11-68) : liste des manuscrits rédigés ou possédés par le géographe, élaborée après sa mort. Donne une idée plus complète des archives du géographe, dont une partie seulement est identifiée. (disponible sur le blog sous forme numérisée et en format texte)

– Deux documents relatifs au diocèse de Lisieux. Datés du 4 mai 1721.

(Archives nationales – MAR C/7/6 ss  pochette 39). Evoquent une demande exceptionnelle de consultation de plans de côtes gardés secrets (en faveur de d’Anville), conservés au dépôt de la Marine. ici

Lettres à la carte de Lisieux, avec 2 plans à la plume (1721-1726), un manuscrit de douze pages sur le doyenné de Cormeilles, et des échanges avec l’évêque Brancas, Cabourg de Pontaudemer, Le Rebours, Le Villain, la chambre ecclésiastique de Lisieux. Mentionnées dans « Manuscrits, lettres autographes et autres documents provenant du cabinet de M. d’Anville », in Catalogue des livres de feu M. de Manne, Paris, François, 1863, p. 249-255. (Non localisées)


[1] Bernard Le Bouyer de Fontenelle, « Sur une manière de lever la carte d’un pays », Histoire de l’Académie royale des sciences, 1707, Paris, 1777, p. 184-189. Cité par François de Dainville, Cartes anciennes de l’Église de France, Paris, Vrin, 1956, p. 63-64.

[2] Bernard Le Bouyer de Fontenelle, op. cit., p. 190.

[3] Michel Antoine, Louis XV, Paris, Fayard, 1989, p. 66 et sqq.