L’Archive du mardi 29#: Nouveaux détails inédits relatifs à la circulation des cartes chinoises vers la France

Continuer la lecture de L’Archive du mardi 29#: Nouveaux détails inédits relatifs à la circulation des cartes chinoises vers la France

Les collaborateurs invisibles du savant : le cas Pierre-Charles-Alexandre Helle

La figure du savant solitaire n’est pas qu’une construction d’hagiographe. D’Anville a largement contribué à construire son propre mythe en prétendant n’avoir eu aucun élève avant sa rencontre avec Jean-Denis Barbié du Bocage (1760-1825). Dans ses Considérations générales sur l’étude et les connoissances que demandent la composition des ouvrages de géographie (1777), il écrit :  « J’ai essuyé plus d’une fois des reproches sur ce que je n’avois point formé un élève, pour me donner (comme on vouloit bien s’exprimer) un successeur[1]. » À cette date, en effet, d’Anville n’a pas encore désigné Barbié du Bocage comme héritier. Pour autant, le géographe a bel et bien collaboré avec au moins un élève au cours de sa carrière, Helle.

Pierre-Charles-Alexandre Helle (…-1767) naît à Paris au début du XVIIIe siècle. Il est surtout connu comme ingénieur et expert en art : il est le rédacteur de catalogues d’estampes. On sait moins, en revanche, à quel point la géographie a occupé une grande place dans sa vie[2].

Il bénéficie très jeune de la protection de son oncle, Robert-Alexandre d’Hermand, ancien colonel d’infanterie, ingénieur des camps et armées du roi, qui lui fait donner une éducation et le destine à une carrière militaire. Mais quand celui-ci tombe en disgrâce, les espérances d’Helle s’évanouissent. Contraint de se trouver un état, il prend des leçons de géographie auprès de d’Anville, en donne à son tour et collabore à la réduction des cartes de la Chine destinées à accompagner la Description de la Chine (1735) de Jean-Baptiste du Halde. Dans une Description de l’Asie manuscrite (1761), rédigée par Helle, les termes de l’accord sont évoqués :

[D’Anville] a eû (sic) la bonté d’enseigner la géographie [à Helle] en 1728 lorsqu’il travailloit avec lui aux Grands Jésuites, à la réduction des cartes de la Chine, dessinées dans le païs, et levées trigonométriquement. Le sieur Helle étoit convenu avec M. d’Anville de l’aider dans ce travail, à condition qu’il lui montreroit cette science, ce qu’il a fait en écrivant des détails sur des parties moins connües, comme sur l’Asie ou l’Afrique[3].

La géographie n’est pas, pour autant, son activité principale. En 1734, il assiste en tant qu’ingénieur volontaire au siège de Philipsbourg. Mais à nouveau, il doit renoncer à une carrière dans l’armée, faute de ressources. Il se fait alors marchand de dessins, d’estampes et de curiosités.

Mais il n’y a pas loin au XVIIIe siècle de l’estampe à la carte, et de fait, comme nous l’apprend sa Description de l’Asie, il écrit régulièrement des descriptions géographiques sur l’Amérique, les îles britanniques et l’Allemagne . Celles-ci sont revues par d’Anville dont « il n’a jamais perdu de vüe l’amitié que M. d’Anville lui a toûjours (sic) témoignée[4]. »

Pendant plus de trente ans, Helle et d’Anville ont travaillé ensemble, même si cette collaboration s’est surtout faite dans le sens d’Anville vers Helle. Ensemble, ils ont mené à bien l’opération de réduction des cartes de la Chine. Pourtant, dans ses divers écrits à teneur autobiographique, d’Anville ne mentionne jamais son ancien élève[5].  À quoi doit-on attribuer ce silence de d’Anville ? À la précocité de la mort de Helle, dix ans auparavant ? À la déception qu’il a pu éprouvé vis-à-vis d’un disciple qui ne s’est pas consacré entièrement à la géographie, mais a aussi été tenté par la carrière militaire et s’est intéressé à l’art ? On peut lire à travers les lignes qui suivent l’amertume du savant contre son successeur répudié : « Je ne l’aurois point pris sans littérature, & j’aurois désiré le trouver aussi épris, ou à-peu-près, du mérite de la chose, que je l’avois été, & plus occupé de lui être utile, que d’en tirer de l’utilité[6]. »


[1] Jean-Baptiste d’Anville, Considérations générales sur l’étude et les connoissances que demandent la composition des ouvrages géographiques, Paris, Lambert, 1777, p. 109-110.

[2] Manuscrit à la suite des Catalogues de livres & des estampes de feu M. d’Hermand, Paris, 1739 publié par Georges Duplessis, Mémoires et journal de J. G.  Wille, t. I, p. 51. Voir aussi Lazare Duvaux, Livre-journal de Lazare Duvaux, marchand-bijoutier ordinaire du roy, Paris, s. n., 1873, p.  C .

 

[3] Pierre-Charles-Alexandre Helle, Description de l’Asie, 1761, BnF Manuscrits NAF 25246, f. 222 r° – 223 v°.

[4] Pierre-Charles-Alexandre Helle, op. cit., f. 223 r°.

[5]  Voir Jean-Baptiste d’Anville, Considérations générales sur l’étude et les connoissances que demandent la composition des ouvrages géographiques, Paris, Lambert, 1777, 116 p ; Jean-Baptiste d’Anville,  Mémoire de d’Anville dans lequel, indépendamment de quelques articles qui lui sont personnels, il traite de plusieurs points très-intéressans pour le fond de la géographie, s. n., s. d., p. 1-16.

[6] Jean-Baptiste d’Anville, op. cit., p. 110.

L’Archive du mardi 28#: Gravelot et d’Anville

Les deux frères semblent avoir été assez intimes
D’Anville, avant d’aimer la cartographie, aimait le dessin comme nous l’apprend ce document issu des Archives départementales de l’Orne, SHAO (252J224): http://danville.hypotheses.org/files/2010/08/Projet-de-don-de-la-collection-Pi%C3%A8ce-2.pdf
Gravelot, quant à lui, s’est essayé à la cartographie à Saint Domingue: http://danville.hypotheses.org/files/2010/08/Gravelot-par-dAnville.pdf
Les échanges épistolaires, enfin, semblent avoir été denses, même si d’Anville se plaint parfois d’être négligé par son jeune frère: http://danville.hypotheses.org/152
On y apprend notamment que Gravelot a fourni des cartes à d’Anville (envoyées d’Angleterre)
Mais surtout, Gravelot a gravé des cartouches pour son frère, et on sait peu de choses, finalement, de cette collaboration.