De l’origine des noms d’Anville et Gravelot

Deux hypothèses émises au XIXe siècle

 

Le dessinateur Gravelot – On sait qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles deux frères prenaient souvent des noms ou surnoms différents ; ainsi Jean-Baptiste Bourguignon, né en 1697, _ c’est le célèbre géographe, qui, je crois, n’était jamais sorti de Paris, – prit le nom de d’Anville, et son frère, Hubert-François, né en 1699, celui de Gravelot. H. C.

– Il y avait à Paris, au XVIIe siècle, un modeste tailleur d’habits qui s’appelait modestement Bourguignon, comme d’autres s’appellent Breton, Normand, Limousin, etc., lequel avait deux enfants qui ne voulurent pas se nommer Bourguignon tout court et qui probablement pour cela, devinrent célèbres par la suite. L’aîné, Jean-Baptiste, le géographe, choisit le nom de Danville et y ajouta quand la mode fut venue, une apostrophe, ce qui fit d’Anville ; ce mot  qui signifie : de la maison, est aussi noble que les suivants : du mesnil (du hameau) ; du Plessis (du village) ; de la Vallée, du tertre, du Mont, de la Rivière, de la Roche, etc., etc. Le second, Hubert-François, prit le surnom de Gravelot, un synonyme fantaisiste de graveur. A. Dieuaide

L’Intermédiaire des chercheurs et curieux, Paris, B. Duprat, 1897, p. 461-462

 

BOURGUIGNON (hubert-françois), dit Gravelot. Hubert-François Gravelot, né à Paris, le 26 mars 1699, est frère de M. Danville le géographe, qui, comme son frère, prit un nom différent de celui que portoit leur père, qui exercoit la profession de tailleur, et dont le véritable nom etoit Hubert Bourguignon. Je ne puis croire que ce fut par un motif de vanité, car le père non-seulement etoit en réputation d’un honnête homme, mais, ce qui auroit dû les toucher davantage, il prit un soin tout particulier de leur éducation. L’aîné, Hubert-Fr. Gravelot, prit le nom de famille de son parein, et dès ses plus tendres années, il montra un goût décidé pour le dessein.

 

Pierre-Jean Mariette, Abecedario de P. J. Mariette et autres notes inédites de cet amateur sur les arts et les artistes, Paris, J.-B. Dumoulin, t. I, 1853, p. 172-173.