Archive du mardi 31#: une lettre de d’Anville à Uppsala (EDIT)

 ConsulterElementNum

 

Aujourd’hui, nous nous proposons de nous livrer à une petite enquête sur une lettre de d’Anville apparemment banale, conservée à la bibliothèque universitaire d’Uppsala. Le manuscrit, issu de la collection Waller (cote: Waller Ms fr-00150),  constituée par Eric Waller (1875-1955), médecin suédois, a été acquise en 1955 par la bibliothèque.

Le moins qu’on puisse dire à la lecture de cette lettre est qu’à première vue, son contenu paraît vague et son importance, mineure.

Qu’on en juge:

 

J’ai appris aujourd’hui de Mr Capperonnier à l’Académie que Monsieur l’abbé Boudot étoit chargé d’un paquet que Monsieur le Marquis de Paulmi veut bien qui me soit communiqué.  Comme on m’a prévenu que Monsieur l’Abbé Boudot sortoit du matin de chez lui, et que je crains de la manquer, je le supplie de vouloir me faire dire s’il y aurait de l’indiscrétion à l’envoyer chercher. Je voudrois bien n’avoir point ce tort-là. Mais, si Monsieur l’A[bbé] Boudot veut bien user de complaisance pour un homme qui employe sa matinée à l’étude, le domestique que je charge de ce mot d’écrit est très sur, et je ne manquerai pas d’envoyer à Monsieur l’abbé Boudot une reconnaissance par écrit de la réception du paquet.

Je le salue très humblement, et le supplie de me croire le plus affectionné de ses serviteurs. d’Anville.

 

Ce mardi au soir 19 mai 1761

remis ce 20 mai au domestique

A Monsieur

Monsieur l’Abbé Boudot

Au Petit Hotel de la Valliere

 

Les lettres sont par nature des documents implicites. Mais, elles peuvent se révéler plus riches de sens qu’il n’y parait à la lumière d’une mise en contexte systématique et minutieuse.

Or la compilation de la correspondance de d’Anville mise en œuvre dans ce carnet de recherches y participe certainement.

Reprenons donc le contenu de cette lettre.

Le document, daté de 19 mai 1761, est adressé à l´abbé Pierre-Jean Boudot (1689-1771). Fils de l´imprimeur-libraire Jean-Boudot, il est censeur royal et attaché à la bibliothèque du roi. Pierre-Jean ne joue toutefois ici qu´un rôle d´intermédiaire. Il est en possession d´un paquet dont le contenu, comme la provenance, ne sont pas précisés.

D´Anville prend connaissance de l’existence de ce paquet par Jean Capperonnier (1716-1775), bibliothécaire, alors garde des imprimés à la bibliothèque du roi. Celui-ci fréquente volontiers l’académie, où il a semble-t-il rencontré le géographe. Comment Capperonnier est-il au courant de l’arrivée d’un paquet ? Il tient sans doute l’information de Boudot lui-même, puisqu’ils travaillent tous deux à la Bibliothèque. Ils préparent même ensemble une Bibliothèque du théâtre françois.

Enfin, le géographe reçoit l´autorisation d’examiner le contenu du paquet par Antoine-René de Voyer de Paulmy (1722-1787), alors président de l´Académie des inscriptions et belles-lettres.

Voilà donc le peu que nous apprend cette seule lettre, étudiée pour elle-même.

Mais par chance, nous connaissions une autre lettre de d’Anville adressée à Boudot, qui fut envoyée quelques semaines plus tard. Datée du 6 juin 1761, elle est conservée à la bibliothèque de l’Institut de France (Collection d’autographes MS 5401 A-G, consultable ici) :

Je vous suis bien redevable, Monsieur, de la complaisance que vous avés eue de m’envoyer les cartes que Monsieur le Marquis de Paulmi vous a fait tenir pour m’être communiquées. J’en fais mes remerciemens à son excellence par la lettre que je vous supplie de lui adresser par la voie qui lui convient le mieux, et dont vous êtes bien instruit. Je vous remettrai ces cartes sur la reponse que je pourrai recevoir de Warsovie, et je vous prie de me croire avec un parfait devouement,

Monsieur

Votre humble et très obéissant serviteur d’Anville

A Paris, ce 6 juin 1761

D’après cette lettre, d’Anville a donc finalement consulté le paquet, lequel contenait, comme on pouvait s’y attendre, des cartes. Celles-ci ont été envoyées à Paris par le Marquis de Paulmy, lequel autorise le géographe à les consulter. La lettre de remerciement à laquelle il est fait allusion ici n’a malheureusement pas été retrouvée. Enfin, la mention de « Warsovie » fait quant à elle référence à un échange de lettres entre d’Anville et Paulmy, déjà présent en Pologne, un an avant sa nomination comme ambassadeur.

Mais pourquoi le marquis de Paulmy envoyait-il des cartes à Boudot ? Quels sont les liens entretenus par les deux hommes ? Ce dernier est tout simplement en charge de la bibliothèque du marquis bien avant 1780, date à laquelle il en devient officiellement garde. En envoyant des cartes, Paulmy était en train de constituer sa collection.

Nous connaissons donc désormais l’expéditeur du paquet et les raisons de son envoi. Nous savons également qu’il contenait des cartes.

Mais de quelles cartes s’agissaient-ils ? Peut-on vraiment espérer en deviner le contenu ?

 

Là encore, la compilation des lettres de d’Anville nous met sur la voie. Dans une lettre du 7 mai 1762, soit à peu près un an après la consultation du paquet, le géographe écrit à Pierre-Michel Hennin, diplomate en Pologne :

 

La composition de ma troisième partie de l’Europe, où la Pologne prend assez de place pour valoir une feuille ordinaire d’Atlas, m’a donné lieu d’étudier la position de ce grand Royaume, et de la combiner avec les Etats limitrophes. Dans le Journal des Sçavans d’un des premiers mois de cette année, une analyse sommaire de la carte dont je viens de parler, m’a fourni l’occasion de publier le secours que j’ai reçu de M. le Marquis de Paulmi (que Dios guarde muchos años) sur le cours de la Vistule[1].

 

D’Anville aurait donc dressé une carte de la Pologne grâce à un document décrivant la Vistule, envoyé par le Marquis de Paulmy. Serait-ce le document contenu par le paquet ? Cela paraît probable. Le géographe aurait eu ainsi une année pour tirer parti du document envoyé par Paulmy.

En effet, dans le Journal des Savants de janvier 1762, d’Anville écrit:

 

Pour ce qui concerne la Pologne, la géographie n’y paroissoit en aucune partie plus imparfaite que dans la Pologne proprement dite, & distincte de la Lituanie & de l’Ukraine. Mais M. le Marquis de Paulmi, ambassadeur de France, a suppléé à ce défaut par une carte manuscrite en douze feuilles, qui représentant le cours entier de la Vistule & les environs, fournit les détails les plus intéressans sur cette contrée polonaise. Quoique M. d’Anville n’ait pu faire usage de cette carte, & la fondre dans la sienne, sans remédier à quelques défauts qu’il y a apperçus, il a cru devoir en envoyer une note à Warsovie [au marquis de Paulmy]; malgré cela, ce secours a fort enrichi son ouvrage, dans un canton où la géographie étoit aussi peu exacte qu’elle étoit pauvre[2].

 

Or la collection de Paulmy, aujourd’hui conservée à la bibliothèque de l’Arsenal, sous la cote MS-6465 (725 K), comporte bien une carte manuscrite et topographique en douze feuilles de la Vistule de Franciszek Florian Czaki.

 

 

En d’autres termes, en vue d’agrandir sa collection, Antoine-René de Voyer de Paulmy a envoyé en 1761 une carte en douze feuilles de la Vistule  à son futur bibliothécaire, Boudot. Celui-ci en parle à Capperonnier, qui lui-même en informe d’Anville, qu’il croise à l’académie. Celui-ci demande alors à Paulmy l’autorisation de la consulter et améliore ainsi la Troisième partie de sa carte d’Europe.

 

Voilà comment une lettre apparemment banale se révèle apporter de précieux renseignements sur l’histoire de la circulation des savoirs au XVIIIe siècle.

 

(Pour lire la lettre et sa transcription: voir ici et  )


[1] Lettre de d’Anville à Hennin, Paris, 7 mai 1762. BnF Tolbiac Rez de jardin, libre-accès, recherche bibliographique – salle X – dictionnaire biographique. Banque DOSS  (fol. LN1-232 (600))

[2] Journal des Savants de janvier 1762, p. 29. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56611r/f31.image