Archives de catégorie : actualités

Table ronde d’Anville – 26 septembre, 18h15 – site Richelieu

Une table ronde est consacrée au géographe Jean-Baptiste d’Anville et à sa carrière le 26 septembre 2018 à la Bibliothèque nationale de France, à l’occasion de la parution de l’ouvrage : Une carrière de géographe au siècle des Lumières, Jean-Baptiste d’Anville

Seront présents : Catherine Hofmann et Lucile Haguet,  directrices de l’ouvrage, conservatrices à la BnF et à la bibliothèque du Havre, avec la participation de plusieurs contributeurs de l’ouvrage,  Jean-Charles Ducène, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études et Nicolas Verdier, directeur de recherches au CNRS.

La rencontre sera animée par Jean-Marc Besse, directeur de recherches au CNRS,

Bibliothèque nationale de France, site Richelieu (salle Émilie du Châtelet)
58, rue de Richelieu, Paris 2e
Métro : Lignes 3 (Bourse), 1 et 7 (Palais-Royal), 7 et 14 (Pyramides)

Entrée libre sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr« 

Qui était Jean-Baptiste d’Anville ?

Jean-Baptiste d’Anville, savant parisien du XVIIIe siècle, est l’un des plus grands géographes du siècle des Lumières. Pour ses contemporains, ses cartes modernes sont incontournables. Bougainville, l’explorateur, salue ses cartes des Moluques et de l’Asie dont l’exactitude lui a été d’une aide précieuse au bout du monde. Le jeune Bonaparte, sur le point de se lancer à la conquête de l’Égypte, emporte avec lui une carte de d’Anville qu’il a pris soin de faire entoiler avant son départ. Ses cartes du monde ancien demeurent des références jusque loin dans le XIXe siècle pour les érudits de l’antiquité. Le jeune Champollion dans son Égypte sous les Pharaons (1814) s’en remet presque à chaque page au géographe parisien. Au XVIIIe, comme au XIXe siècle, lorsqu’il faut définir les frontières du Brésil, ce sont encore les cartes de d’Anville qui sont incontournables pour les diplomates. Enfin, sa notoriété excède les milieux autorisés. Encore au début du XIXe siècle, quand les journalistes de Paris, mais aussi les écrivains, comme Chateaubriand ou Balzac, doivent citer un géographe célèbre, c’est d’Anville qu’ils mentionnent.

Aujourd’hui pourtant, malgré une renommée de près de deux siècles, rares sont ceux qui connaissent son nom, tant il est profondément tombé dans l’oubli. Si l’on prend l’expression au pied de la lettre, c’est le type même de l’illustre inconnu.

Pour lire la suite, se rendre sur le journal électronique de la Voltaire Foundation : http://www.voltaire.ox.ac.uk/news/blog/qui-est-jean-baptiste-d%E2%80%99anville-g%C3%A9ographe-fran%C3%A7ais-des-lumi%C3%A8res

Itinéraire d’un savant au XVIIIe siècle : Jean-Baptiste d’Anville

Les hésitations professionnelles des jeunes adultes, la difficulté à vivre de son art pour un savant ou un artiste, la nécessité de multiplier les activités rémunérées, autant de problématiques qui paraissent indéniablement contemporaines. Et pourtant, elles s’appliquent avec une acuité non moins grande au siècle des Lumières, malgré un contexte bien évidemment différent.

La mobilité professionnelle d’Ancien régime fait parfois l’objet de généralités: le fils de savetier sera savetier, le fils de boulanger sera lui-même boulanger, conservant ainsi les avantages d’une communauté de métier dans la famille. Dès lors, le choix d’un état ne semble guère poser question, il serait bien souvent dynastique. Cependant, l’héritage de la carrière paternelle était loin d’être une pratique systématique, comme le prouve la lecture des biographies d’académiciens publiées à leur mort sous la forme d’éloge.

Ainsi, Jean-Baptiste d’Anville, géographe français de premier plan au siècle des Lumières, est fils d’un tailleur d’habit parisien, Hubert Bourguignon. Aucun de ses deux autres fils ne suit la voie paternelle: l’un devient graveur, l’autre choisit la finance. Ces hommes ont donc choisi leur métier, ou comme on dit alors « un état ». La question de l’orientation professionnelle se pose donc…

Lire la suite sur le journal électronique de la Voltaire Foundation : http://www.voltaire.ox.ac.uk/news/blog/itin%C3%A9raire-d%E2%80%99un-savant-au-xviiie-si%C3%A8cle-jean-baptiste-d%E2%80%99anville

Parution : Une carrière de géographe au siècle des Lumières, Jean-Baptiste d’Anville

 

Une carrière de géographe au siècle des Lumières, Jean-Baptiste d’Anville  ouvrage dirigé par Catherine Hofmann et Lucile Haguet paraît en mai 2018 dans la collection des Oxford University Studies in the Enlightenment, dans une co-édition Voltaire Foundation/Bibliothèque nationale de France.

Ce livre, fruit du travail d’analyse d’une dizaine de spécialistes internationaux, fondé sur des sources nombreuses et souvent inédites, est la première monographie à être consacrée au géographe parisien.

Pour les résumés en anglais, voir ici

Pour pièces préliminaires, voir ici

 

 

Archive du mardi 32#: un prospectus d’atlas ecclesiastique

« Prospectus d’un atlas ecclésiastique, proposé par souscription, par d’Anville », impr 1769, 4 pages pet in 8° : PICARDIE 225 (collection de prospectus imprimés de divers ouvrages, composés la plupart par les Bénédictins, au XVIIIe siècle.)

Ce prospectus fait état d’un atlas des diocèses en 48 cartes, destiné à accompagner un « dictionnaire des bénéfices », dirigé par d’Anville. Il s’agit en l’occurrence d’un appel à souscription. A lire ici.

Il est mentionné par François de Dainville, Cartes anciennes de l’église de France, p. 111. Voir ici.

 

Nous remercions Mary Pedley d’avoir porté ce document à notre connaissance.

Archive du mardi 31#: une lettre de d’Anville à Uppsala (EDIT)

 ConsulterElementNum

 

Aujourd’hui, nous nous proposons de nous livrer à une petite enquête sur une lettre de d’Anville apparemment banale, conservée à la bibliothèque universitaire d’Uppsala. Le manuscrit, issu de la collection Waller (cote: Waller Ms fr-00150),  constituée par Eric Waller (1875-1955), médecin suédois, a été acquise en 1955 par la bibliothèque.

Le moins qu’on puisse dire à la lecture de cette lettre est qu’à première vue, son contenu paraît vague et son importance, mineure.

Qu’on en juge:

 

J’ai appris aujourd’hui de Mr Capperonnier à l’Académie que Monsieur l’abbé Boudot étoit chargé d’un paquet que Monsieur le Marquis de Paulmi veut bien qui me soit communiqué.  Comme on m’a prévenu que Monsieur l’Abbé Boudot sortoit du matin de chez lui, et que je crains de la manquer, je le supplie de vouloir me faire dire s’il y aurait de l’indiscrétion à l’envoyer chercher. Je voudrois bien n’avoir point ce tort-là. Mais, si Monsieur l’A[bbé] Boudot veut bien user de complaisance pour un homme qui employe sa matinée à l’étude, le domestique que je charge de ce mot d’écrit est très sur, et je ne manquerai pas d’envoyer à Monsieur l’abbé Boudot une reconnaissance par écrit de la réception du paquet.

Je le salue très humblement, et le supplie de me croire le plus affectionné de ses serviteurs. d’Anville.

 

Ce mardi au soir 19 mai 1761

remis ce 20 mai au domestique

A Monsieur

Monsieur l’Abbé Boudot

Au Petit Hotel de la Valliere

 

Les lettres sont par nature des documents implicites. Mais, elles peuvent se révéler plus riches de sens qu’il n’y parait à la lumière d’une mise en contexte systématique et minutieuse.

Or la compilation de la correspondance de d’Anville mise en œuvre dans ce carnet de recherches y participe certainement.

Reprenons donc le contenu de cette lettre.

Le document, daté de 19 mai 1761, est adressé à l´abbé Pierre-Jean Boudot (1689-1771). Fils de l´imprimeur-libraire Jean-Boudot, il est censeur royal et attaché à la bibliothèque du roi. Pierre-Jean ne joue toutefois ici qu´un rôle d´intermédiaire. Il est en possession d´un paquet dont le contenu, comme la provenance, ne sont pas précisés.

D´Anville prend connaissance de l’existence de ce paquet par Jean Capperonnier (1716-1775), bibliothécaire, alors garde des imprimés à la bibliothèque du roi. Celui-ci fréquente volontiers l’académie, où il a semble-t-il rencontré le géographe. Comment Capperonnier est-il au courant de l’arrivée d’un paquet ? Il tient sans doute l’information de Boudot lui-même, puisqu’ils travaillent tous deux à la Bibliothèque. Ils préparent même ensemble une Bibliothèque du théâtre françois.

Enfin, le géographe reçoit l´autorisation d’examiner le contenu du paquet par Antoine-René de Voyer de Paulmy (1722-1787), alors président de l´Académie des inscriptions et belles-lettres.

Voilà donc le peu que nous apprend cette seule lettre, étudiée pour elle-même.

Mais par chance, nous connaissions une autre lettre de d’Anville adressée à Boudot, qui fut envoyée quelques semaines plus tard. Datée du 6 juin 1761, elle est conservée à la bibliothèque de l’Institut de France (Collection d’autographes MS 5401 A-G, consultable ici) :

Je vous suis bien redevable, Monsieur, de la complaisance que vous avés eue de m’envoyer les cartes que Monsieur le Marquis de Paulmi vous a fait tenir pour m’être communiquées. J’en fais mes remerciemens à son excellence par la lettre que je vous supplie de lui adresser par la voie qui lui convient le mieux, et dont vous êtes bien instruit. Je vous remettrai ces cartes sur la reponse que je pourrai recevoir de Warsovie, et je vous prie de me croire avec un parfait devouement,

Monsieur

Votre humble et très obéissant serviteur d’Anville

A Paris, ce 6 juin 1761

D’après cette lettre, d’Anville a donc finalement consulté le paquet, lequel contenait, comme on pouvait s’y attendre, des cartes. Celles-ci ont été envoyées à Paris par le Marquis de Paulmy, lequel autorise le géographe à les consulter. La lettre de remerciement à laquelle il est fait allusion ici n’a malheureusement pas été retrouvée. Enfin, la mention de « Warsovie » fait quant à elle référence à un échange de lettres entre d’Anville et Paulmy, déjà présent en Pologne, un an avant sa nomination comme ambassadeur.

Mais pourquoi le marquis de Paulmy envoyait-il des cartes à Boudot ? Quels sont les liens entretenus par les deux hommes ? Ce dernier est tout simplement en charge de la bibliothèque du marquis bien avant 1780, date à laquelle il en devient officiellement garde. En envoyant des cartes, Paulmy était en train de constituer sa collection.

Nous connaissons donc désormais l’expéditeur du paquet et les raisons de son envoi. Nous savons également qu’il contenait des cartes.

Mais de quelles cartes s’agissaient-ils ? Peut-on vraiment espérer en deviner le contenu ?

 

Là encore, la compilation des lettres de d’Anville nous met sur la voie. Dans une lettre du 7 mai 1762, soit à peu près un an après la consultation du paquet, le géographe écrit à Pierre-Michel Hennin, diplomate en Pologne :

 

La composition de ma troisième partie de l’Europe, où la Pologne prend assez de place pour valoir une feuille ordinaire d’Atlas, m’a donné lieu d’étudier la position de ce grand Royaume, et de la combiner avec les Etats limitrophes. Dans le Journal des Sçavans d’un des premiers mois de cette année, une analyse sommaire de la carte dont je viens de parler, m’a fourni l’occasion de publier le secours que j’ai reçu de M. le Marquis de Paulmi (que Dios guarde muchos años) sur le cours de la Vistule[1].

 

D’Anville aurait donc dressé une carte de la Pologne grâce à un document décrivant la Vistule, envoyé par le Marquis de Paulmy. Serait-ce le document contenu par le paquet ? Cela paraît probable. Le géographe aurait eu ainsi une année pour tirer parti du document envoyé par Paulmy.

En effet, dans le Journal des Savants de janvier 1762, d’Anville écrit:

 

Pour ce qui concerne la Pologne, la géographie n’y paroissoit en aucune partie plus imparfaite que dans la Pologne proprement dite, & distincte de la Lituanie & de l’Ukraine. Mais M. le Marquis de Paulmi, ambassadeur de France, a suppléé à ce défaut par une carte manuscrite en douze feuilles, qui représentant le cours entier de la Vistule & les environs, fournit les détails les plus intéressans sur cette contrée polonaise. Quoique M. d’Anville n’ait pu faire usage de cette carte, & la fondre dans la sienne, sans remédier à quelques défauts qu’il y a apperçus, il a cru devoir en envoyer une note à Warsovie [au marquis de Paulmy]; malgré cela, ce secours a fort enrichi son ouvrage, dans un canton où la géographie étoit aussi peu exacte qu’elle étoit pauvre[2].

 

Or la collection de Paulmy, aujourd’hui conservée à la bibliothèque de l’Arsenal, sous la cote MS-6465 (725 K), comporte bien une carte manuscrite et topographique en douze feuilles de la Vistule de Franciszek Florian Czaki.

 

 

En d’autres termes, en vue d’agrandir sa collection, Antoine-René de Voyer de Paulmy a envoyé en 1761 une carte en douze feuilles de la Vistule  à son futur bibliothécaire, Boudot. Celui-ci en parle à Capperonnier, qui lui-même en informe d’Anville, qu’il croise à l’académie. Celui-ci demande alors à Paulmy l’autorisation de la consulter et améliore ainsi la Troisième partie de sa carte d’Europe.

 

Voilà comment une lettre apparemment banale se révèle apporter de précieux renseignements sur l’histoire de la circulation des savoirs au XVIIIe siècle.

 

(Pour lire la lettre et sa transcription: voir ici et  )


[1] Lettre de d’Anville à Hennin, Paris, 7 mai 1762. BnF Tolbiac Rez de jardin, libre-accès, recherche bibliographique – salle X – dictionnaire biographique. Banque DOSS  (fol. LN1-232 (600))

[2] Journal des Savants de janvier 1762, p. 29. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56611r/f31.image

 

Un article relatif au contrat passé entre d’Anville et ses libraires (Desaint, Saillant et Durant)

Pascale Mormiche a bien voulu nous signaler un article relatif au contrat passé entre d’Anville et ses libraires (Desaint, Saillant et Durant).

Rideau, F. (2008) ‘Commentary on the Sieur d’Anville’s contract’, in Primary Sources on Copyright (1450-1900), eds L. Bently & M. Kretschmer, www.copyrighthistory.org

Cet article de Frédéric Rideau, de l’université de Poitiers, est lisible ici.

Le contrat est visible .

Archive du mardi #30 : un mémoire sur la cession de la collection aux Affaires étrangères

Lionel Chenede, du ministère des Affaires étrangères, a bien voulu nous transmettre un extrait d’un mémoire de Sémonin, garde du dépôt, daté de l’année 1787. Voir ici

Cet extrait est relatif à la cession de la collection d’Anville au Dépôt des affaires étrangères, à l’instigation du géographe lui-même.

Il est suivi des pièces du fonds du Personnel (1ère série, vol. reliés) qui ont déjà été photographiées pour ce blog.

 

 

Colloque d’Anville à la BnF, les 21 et 22 septembre 2012

Le colloque consacré au géographe français Jean-Baptiste d’Anville, à son cabinet savant et aux conditions de la vie savante au siècle des Lumières, se tiendra le vendredi 21 et le samedi 22 septembre 2012, en Salle des Commissions, à la Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, 5 rue Vivienne, 75002 Paris.

Une réservation est conseillée. 
Vous pouvez appeler le 01 53 79 49 49 ou bien contacter Catherine Hofmann : catherine.hofmann@bnf.fr

Le programme est disponible ici ou ci-dessous

PROGRAMME

 

VENDREDI

 

Introduction : Le savant, entre mythe et pratiques

Histoire des collections savantes de Jean-Baptiste d’Anville à la BnF : à l’origine d’une recherche

Présidence de séance : Hélène Richard, inspectrice générale des bibliothèques.

* Histoire d’une bibliothèque savante: la constitution des collections d’Anville, par Lucile Haguet, conservateur et ancienne chargée de recherches à la BnF

* À l’origine du département des Cartes et plans, histoire d’une collection, de sa cession à sa numérisation, par Catherine Hofmann, conservateur en chef au département des Cartes et plans et Lucile Haguet, conservateur et ancienne chargée de recherches à la BnF

Les publics du géographe : quelques modalités de diffusion du savoir

Présidence de séance : Jean-Marc Besse,  Directeur de recherche au CNRS, Unité mixte de recherche (UMR) Géographie-Cités

La géographie apprise aux princes : d’Anville et Louis XV (1718-1730), par Pascale Mormiche, PRAG (professeur agrégé affecté en université) d’histoire, Université de Cergy-Pontoise

D’Anville and the marketplace : Mémoire sur un projet de géographie, par Mary Pedley, Adjunct assistant curator of maps at the William L. Clements Library, The University of Michigan

La réception de l’oeuvre de d’Anville : influences et débats scientifiques

Présidence de séance : Jean-Marc Besse,  Directeur de recherche au CNRS, Unité mixte de recherche (UMR) Géographie-Cités,

* Entre publicité, débat scientifique et vulgarisation : Jean-Baptiste d’Anville dans le Mercure… par Nicolas Verdier, chargé de recherches, CNRS

* D’Anville, Gibbon et l’espace des empires, par Robert Mankin, directeur du laboratoire sur les études anglophones, Université Paris Diderot

SAMEDI

 

 

La méthode d’Anville : usages des sources et pratiques savantes

Présidence de séance : Christian Jacob, directeur de recherches au CNRS et directeur d’études à l’EHESS

* Un Moderne chez les Anciens, la géographie critique et comparée selon Jean-Baptiste d’Anville par George Tolias, directeur de recherches, FNRS Athènes

* L’utilisation des sources orientales par Bourguignon d’Anville,par Jean-Charles Ducène, chargé de conférence à l’École pratique des hautes études, 4e section

* L’Académie royale des inscriptions et belles-lettres et l’expédition danoise en Arabia Felix (1761-1767) : la rencontre manquée entre d’Anville et Carsten Niebuhr, par Michel-Pierre Detalle

* Jean-Baptiste d’Anville et la cartographie de l’Amérique du Nord, par Jean-François Palomino, Cartothécaire-conservateur, Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Transfert des connaissances : réciprocité des échanges

Présidence de séance : Mary Pedley, Adjunct assistant curator of maps at the William L. Clements Library, The University of Michigan

* À l’origine du Mémoire sur la Chine, par Philippe Forêt, professeur, Institut d’Etudes Avancées de Nantes et Université de Stockholm

* D’Anville et ses réseaux portugais : pour la construction de sa cartographie de l’Afrique et de l’Amérique méridionale, par Junia Furtado, professeur en histoire moderne, Est Université Federale de Minas Gerais, Brésil

* D’Anville’s maps circulation in lusobrazilian world: interwining networks and geographical information (1777-1825), par Iris Kantor, professeur d’histoire, Université de São Paulo

 

Conclusion : les futures pistes à explorer et les instruments à la disposition des chercheurs

 

 

 

 

 

 

Les collaborateurs invisibles du savant : le cas Pierre-Charles-Alexandre Helle

La figure du savant solitaire n’est pas qu’une construction d’hagiographe. D’Anville a largement contribué à construire son propre mythe en prétendant n’avoir eu aucun élève avant sa rencontre avec Jean-Denis Barbié du Bocage (1760-1825). Dans ses Considérations générales sur l’étude et les connoissances que demandent la composition des ouvrages de géographie (1777), il écrit :  « J’ai essuyé plus d’une fois des reproches sur ce que je n’avois point formé un élève, pour me donner (comme on vouloit bien s’exprimer) un successeur[1]. » À cette date, en effet, d’Anville n’a pas encore désigné Barbié du Bocage comme héritier. Pour autant, le géographe a bel et bien collaboré avec au moins un élève au cours de sa carrière, Helle.

Pierre-Charles-Alexandre Helle (…-1767) naît à Paris au début du XVIIIe siècle. Il est surtout connu comme ingénieur et expert en art : il est le rédacteur de catalogues d’estampes. On sait moins, en revanche, à quel point la géographie a occupé une grande place dans sa vie[2].

Il bénéficie très jeune de la protection de son oncle, Robert-Alexandre d’Hermand, ancien colonel d’infanterie, ingénieur des camps et armées du roi, qui lui fait donner une éducation et le destine à une carrière militaire. Mais quand celui-ci tombe en disgrâce, les espérances d’Helle s’évanouissent. Contraint de se trouver un état, il prend des leçons de géographie auprès de d’Anville, en donne à son tour et collabore à la réduction des cartes de la Chine destinées à accompagner la Description de la Chine (1735) de Jean-Baptiste du Halde. Dans une Description de l’Asie manuscrite (1761), rédigée par Helle, les termes de l’accord sont évoqués :

[D’Anville] a eû (sic) la bonté d’enseigner la géographie [à Helle] en 1728 lorsqu’il travailloit avec lui aux Grands Jésuites, à la réduction des cartes de la Chine, dessinées dans le païs, et levées trigonométriquement. Le sieur Helle étoit convenu avec M. d’Anville de l’aider dans ce travail, à condition qu’il lui montreroit cette science, ce qu’il a fait en écrivant des détails sur des parties moins connües, comme sur l’Asie ou l’Afrique[3].

La géographie n’est pas, pour autant, son activité principale. En 1734, il assiste en tant qu’ingénieur volontaire au siège de Philipsbourg. Mais à nouveau, il doit renoncer à une carrière dans l’armée, faute de ressources. Il se fait alors marchand de dessins, d’estampes et de curiosités.

Mais il n’y a pas loin au XVIIIe siècle de l’estampe à la carte, et de fait, comme nous l’apprend sa Description de l’Asie, il écrit régulièrement des descriptions géographiques sur l’Amérique, les îles britanniques et l’Allemagne . Celles-ci sont revues par d’Anville dont « il n’a jamais perdu de vüe l’amitié que M. d’Anville lui a toûjours (sic) témoignée[4]. »

Pendant plus de trente ans, Helle et d’Anville ont travaillé ensemble, même si cette collaboration s’est surtout faite dans le sens d’Anville vers Helle. Ensemble, ils ont mené à bien l’opération de réduction des cartes de la Chine. Pourtant, dans ses divers écrits à teneur autobiographique, d’Anville ne mentionne jamais son ancien élève[5].  À quoi doit-on attribuer ce silence de d’Anville ? À la précocité de la mort de Helle, dix ans auparavant ? À la déception qu’il a pu éprouvé vis-à-vis d’un disciple qui ne s’est pas consacré entièrement à la géographie, mais a aussi été tenté par la carrière militaire et s’est intéressé à l’art ? On peut lire à travers les lignes qui suivent l’amertume du savant contre son successeur répudié : « Je ne l’aurois point pris sans littérature, & j’aurois désiré le trouver aussi épris, ou à-peu-près, du mérite de la chose, que je l’avois été, & plus occupé de lui être utile, que d’en tirer de l’utilité[6]. »


[1] Jean-Baptiste d’Anville, Considérations générales sur l’étude et les connoissances que demandent la composition des ouvrages géographiques, Paris, Lambert, 1777, p. 109-110.

[2] Manuscrit à la suite des Catalogues de livres & des estampes de feu M. d’Hermand, Paris, 1739 publié par Georges Duplessis, Mémoires et journal de J. G.  Wille, t. I, p. 51. Voir aussi Lazare Duvaux, Livre-journal de Lazare Duvaux, marchand-bijoutier ordinaire du roy, Paris, s. n., 1873, p.  C .

 

[3] Pierre-Charles-Alexandre Helle, Description de l’Asie, 1761, BnF Manuscrits NAF 25246, f. 222 r° – 223 v°.

[4] Pierre-Charles-Alexandre Helle, op. cit., f. 223 r°.

[5]  Voir Jean-Baptiste d’Anville, Considérations générales sur l’étude et les connoissances que demandent la composition des ouvrages géographiques, Paris, Lambert, 1777, 116 p ; Jean-Baptiste d’Anville,  Mémoire de d’Anville dans lequel, indépendamment de quelques articles qui lui sont personnels, il traite de plusieurs points très-intéressans pour le fond de la géographie, s. n., s. d., p. 1-16.

[6] Jean-Baptiste d’Anville, op. cit., p. 110.

L’Archive du mardi 28#: Gravelot et d’Anville

Les deux frères semblent avoir été assez intimes
D’Anville, avant d’aimer la cartographie, aimait le dessin comme nous l’apprend ce document issu des Archives départementales de l’Orne, SHAO (252J224): http://danville.hypotheses.org/files/2010/08/Projet-de-don-de-la-collection-Pi%C3%A8ce-2.pdf
Gravelot, quant à lui, s’est essayé à la cartographie à Saint Domingue: http://danville.hypotheses.org/files/2010/08/Gravelot-par-dAnville.pdf
Les échanges épistolaires, enfin, semblent avoir été denses, même si d’Anville se plaint parfois d’être négligé par son jeune frère: http://danville.hypotheses.org/152
On y apprend notamment que Gravelot a fourni des cartes à d’Anville (envoyées d’Angleterre)
Mais surtout, Gravelot a gravé des cartouches pour son frère, et on sait peu de choses, finalement, de cette collaboration.

Un article sur d’Anville et la cartographie de l’Amérique du nord

PALOMINO Jean-François, « Entre la recherche du vrai et l’amour de la patrie : cartographier la Nouvelle-France au XVIIIe siècle », Revue de Bibliothèque et Archives nationales du Québec N° 1, 2009, p. 84-99. ici (article relatif à la cartographie de d’Anville qui doit trouver son équilibre entre recherche de l’exactitude géographique et exigences politiques)

Deux articles de Junia Furtado sur d’Anville et sa carte de l’Amérique méridionale

FURTADO Junia, PIMENTAL CINTRA Jorge, « The Carte de l’Amérique méridionale of Bourguignon D’Anville: perspective axis of a compared Amazonian cartography », Revista Brasileira de història, Sâo Paulo, v. 31, n° 62, 2001, p. 273-316. ici

FURTADO Junia, « Guerra, diplomacia e mapas: a Guerra da Sucessão Espanhola, o Tratado de Utrecht e a América portuguesa na cartografia de D’Anville », Topoi, v. 12, n. 23, jul.-dez. 2011, p. 66-83. ici