L'Archive du mardi 29#: Nouveaux détails inédits relatifs à la circulation des cartes chinoises vers la France

17 juillet 2012
Par

Pierre Helle, dans sa Description de l’Asie (1761) raconte comment il a collaboré à la réduction des cartes de la Chine pour la Description de la Chine de Jean-Baptiste du Halde (voir BnF Manuscrits NAF 25246 f. 223-228) :

"Lorsqu’il travailloit avec lui aux Grands Jésuites, à la réduction des cartes de la Chine, dessinées dans le païs, et levée trigonométriquement. Le sieur Helle étoit convenu avec M. d’Anville de l’aider dans ce travail, à condition qu’il lui montreroit cette science, ce qu’il a fait en écrivant des détails sur des parties moins connües, comme sur l’Asie ou l’Afrique."

Il relate également dans le détail comment les Jésuites ont obtenu des copies de cartes chinoises, comment elles ont échappé à l’avidité des Hollandais qui les convoitaient, comment elles ont finalement été remises au Père Linière confesseur du roi, qui les a fait montrer au roi et à toute la cour.

"Comme l’on ne s’est pas assé étendu dans le pr[emie]r article de ces remarques sur la réduction des cartes de la Chine dessinées dans le pays, et levées trigonométriquem[en]t c’est-à-dire par le calcul des triangles ; c’est pourquoi nous sommes obligés d’en donner icy un plus grand détail qui terminera entièrement ces remarques.

Ces cartes ont été levées suivant les opérations dites ci-dessus, par les ordres du feu empereur Kham-Hi, sous la direction des R.R.P.P. jésuites.

Comme il n’est pas permis à aucun voyageur de pénétrer dans la Chine ; mais seulement sur les côtes pour commercer ; c’est pourquoi le vrai détail des dedans de ce vaste empire nous a été si longtemps inconnu. Il falloit une occasion d’un empereur curieux, pour que l’on puisse en jouïr présentement, joint au zèle de ces pères, auxquels nous avons cette obligation.

Cet empereur Kham-hi étoit si jaloux de ces cartes qu’il n’en confioit la garde qu’à sa personne ; mais ces pères qui ne laissent rien échapper (sic), pour tout ce qui peut contribuer à étendre la religion catholique, ainsy que les arts et les sciences, ont trouvé le moyen de nous procurer ces cartes, en les faisant copier par des dessinateurs qui leur étoient affidés, et sur lesquels ils pouvoient se confier ; car autrement, si cela avoit été ébruité, on leur auroit fait un très mauvais parti auprès de l’Empereur qui les estimoit beaucoup et qu’ils ont même pensé rendre catholique.

Les Hollandois ayant été informés qu’ils avoient des copies des cartes, ont fait tout ce qu’ils ont pû pour leur enlever.

Les R.R.P.P. jésuites ne sont plus présentement à la Chine comme il y étoient autrefois. Il y en a cependant toûjours douze dans le païs à la cour, qui sont regardés comme astronômes et mathématiciens, avec déffense (sic) très expresse de professer la religion catholique, pour faire des prosélites (sic), ce qu’ils ne laissent cependant de faire ; mais très en cachette. Les Chinois ont toujours fait, et font encore beaucoup de cas de l’astronomie.  Aussitôt que ces cartes sont parvenues en France, on les a remises au R. P. Liniere, pour lors confesseur du roy, qui les a fait voir à sa Majesté et à toute la cour, ensuite de quoi on les a remises, on les a remises au R. P. du Halde pour les faire réduire sur une plus petite échelle, afin de les faire graver avec une description historique et géographique de ce vaste empire. Ces cartes étoient dessinées sur du papier de soye assé (sic) proprement.

M. d’Anville a été chargé de ce travail, qu’il a fait pour la plus grande partie dans la maison professe des R.R.P.P. Il avoit choisi le S[ieur] Helle pour en faire la rédaction sur une plus petite échelle au crayon de plume ou plomb seulement, et ensuite il les remettoit à la plume. L’on a fait graver toutes ces cartes, tant de la Chine que de la Tartarie, qui en dépend, au nombre de 43 et 10 feüilles de cérémonie et autres, et l’édition a été faite en quatre volume in-fol°, mise au jour en l’année.

Il a eû une édition in-4° de cet ouvrage imprimée en Hollande dont les cartes ont été émises à part, et forment un grand volume, pour n’être pas ployée, ce qui les auroit gâtées en y formant plusieurs plis.

La copie de ces cartes n’est pas bien exécutée, et elles ne sont pas rendües comme celle de l’édition in fol° qui est l’original, préférab[le], à cette édition in 4° d’Hollande. »

Pour d'autres informations sur les cartes de Chine, voir ici.

Sur Pierre Helle, voir ici.



Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : actualités, actualités, L'archive du mardi

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.

Cartes en ligne


Carnets de recherche